Navigation – Plan du site
Dossier : Communauté en pièces : d'Europe, d'Islam et d'ailleurs
Le savoir en « communauté » : une configuration interprétative

Enjeux de nomination

Les usages savants de la communauté
Élise Massicard
p. 49-52

Texte intégral

1234
  • 5 Edward Said, Orientalism, New York, Pantheon, 1978 ; trad. fr. C. Malamoud, L’Orientalisme, l’Orien (...)

Orientalisme
La tradition orientaliste tend à décoder la diversité humaine de l’« Orient compliqué » avant tout à travers le fait religieux, considéré comme ayant une importance fondamentale et dont découleraient les autres dimensions de la vie sociale5. De ce fait, les unités sociales pertinentes y sont des groupes avant tout religieux, souvent vus comme groupes englobants. Ces sociétés « orientales » sont généralement considérées comme passéistes, traditionalistes, en quelque sorte en retard sur les sociétés occidentales ; leur dimension « communautaire » – au sens péjoratif du terme, au moins en français – implique que « l’émergence de l’individu » est largement appréhendée comme un processus problématique.

  • 6 « La notion même d’un domaine de recherches fondé sur une unité géographique, culturelle, linguisti (...)

1Pourquoi cette différence ? Tout d’abord, les études sur la Turquie contemporaine sont marquées par le présupposé d’une rupture radicale qu’auraient introduite la « révolution » et la fondation de la République sur les cendres de l’Empire, rupture qui forme la base de l’identité nationale turque. En outre, la moindre prégnance de la grille de lecture «communautaire» s’explique probablement en partie par l’idéologie officielle unitariste de la Turquie, pour laquelle tout particularisme est illégitime. On peut cependant émettre l’hypothèse que, dans ces qualifications savantes des alévis de «communauté», on trouve l’influence d’une tradition de recherche plus large et plus ancrée, ce qui renvoie à la question de la structuration des champs de recherche en Europe6.

Kızılba– xvie cemaat... 7

2Il s’agit donc de renverser le problème: plutôt que de prendre le groupe alévi comme un «tout» et un «donné», il s’agit de mettre en avant son caractère problématique et de comprendre pourquoi et comment, dans ces conditions, peut être revendiquée une communauté. Par rapport à la majorité des études sur les alévis, cette analyse se déplace de l’architecture et de l’histoire des unités sociales et des formes symboliques vers celle des dynamiques historiques et politiques de leur production et de leur reproduction. Cette ambition se heurte à une interrogation sur la validité de l’objet: est-il pertinent d’écrire l’histoire sociale d’un groupe dont la cohérence et l’existence même ne vont pas de soi ? Loin de politiser l’alévité, cette approche doit au contraire dévoiler les ressorts politiques des discours et mobilisations autour de cette notion.

3Une mise en garde se révèle donc nécessaire contre un usage spontané et non réflexif de la « communauté », usage qui nous semble particulièrement répandu au sujet de groupes d’origine religieuse dans (ou originaires) des régions comme le Proche-Orient. Postuler d’emblée un caractère «communautaire» induit le danger de masquer la diversité des types d’organisation sociale sous une homogénéité de façade réductrice (la «communauté juive» de France est-elle vraiment organisée comme la «communauté musulmane» ou la «communauté alévie»?), de masquer l’absence d’organisation sociale spécifique ou de cohésion d’un groupe, voire de réifier le groupe analysé. Définir la communauté en fonction de concepts préétablis par les chercheurs peut de ce fait brouiller plus qu’éclairer le fonctionnement réel des phénomènes sociaux. De ce fait, le terme, plus neutre, de «groupe», semble préférable, sans qu’en soient qualifiés plus avant la nature, le fonctionnement et la cohésion. Le phénomène peut alors être examiné sans imposer de l’extérieur un modèle porteur d’implications politiques.

Haut de page

Notes

1 Notons la démarche de clarification, encore trop rare, adoptée à ce sujet par Hamit Bozarslan : « L’alévisme et l’impossible équation du nationalisme en Turquie », dans Riva Kastoryano, Alain Dieckhoff (dir.), Nationalismes en mutation en Méditerranée orientale, Paris, éditions du CNRS, 2002.

2 Par exemple : « On peut espérer [pour les alévis] et leur communauté que la voie de l’émancipation dans laquelle ils se sont engagés soit une voie de la paix, du respect et de la tolérance », Karin Vorhoff, Zwischen Glaube, Nation und neuer Gemeinschaft : alevitische Identität in der Türkei der Gegenwart, Berlin, Klaus Schwarz, 1995, p. 5. Voir aussi Ragnar Naess, « Being an Alevi Muslim in South-Western Anatolia and in Norway : The Impact of Migration on a Heterodox Turkish Community », dans Tomas Gerholm, Yngve G. Lithman (dir.), The New Islamic Presence in Western Europe, Londres, Mansell, 1988, p. 174-195 ; Hamit Bozarslan, « L’alévisme, la méta-histoire et les mythes fondateurs de la recherche », dans Isabelle Rigoni (dir.), Turquie : les mille visages. Politique, religion, femmes, immigration, Paris, Syllepse, 2000.

3 Commission des Communautés européennes, Rapport régulier 2003 sur les progrès réalisés par la Turquie sur la voie de l’adhésion, Bruxelles, 5 novembre 2003, URL : http://europa.eu.int/comm/enlargement/report_2003/pdf/rr_tk_final_fr.pdf

4 Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983, trad. fr., L’Imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996. Voir notamment Karin Vorhoff, « “Let’s Reclaim our History and Culture!” – Imagining Alevi Community in Contemporary Turkey», Die Welt des Islams, 1998, vol. 38 (2), p. 220-252 ; Martin Sökefeld, «Alevism Online : Re-Imagining a Community in Virtual Space », Diaspora – A Journal of Transnational Studies, 11, 2002, p. 85-123.

5 Edward Said, Orientalism, New York, Pantheon, 1978 ; trad. fr. C. Malamoud, L’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1980.

6 « La notion même d’un domaine de recherches fondé sur une unité géographique, culturelle, linguistique et ethnique appelée l’Orient », Edward Said, op. cit., p. 66. Beaucoup de scientifiques ayant étudié les alévis sont des spécialistes de la région (ottomanistes, turcologues, islamologues…) ou s’inscrivent dans ces champs d’études.

7 Voir, pour le même problème par rapport au judaïsme, Dominique Schnapper, Juifs et israélites, Paris, Gallimard, 1980, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Massicard, « Enjeux de nomination  », Labyrinthe, 21 | 2005, 49-52.

Référence électronique

Élise Massicard, « Enjeux de nomination  », Labyrinthe [En ligne], 21 | 2005 (2), mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/902 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.902

Haut de page

Auteur

Élise Massicard

Élise Massicard est chargée de recherches au CNRS (Ceraps, Lille). Ses travaux portent sur la sociologie politique de la Turquie, les mobilisations migratoires, et la territorialité politique. Elle est membre du comité de rédaction du European Journal of Turkish Studies (http://www.ejts.org). Elle vient de publier L’Autre Turquie. Le Mouvement aléviste et ses territoires, Paris, Puf, 2005.
elise.massicard@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page