Navigation – Plan du site

Présentation

Auf Deutsch | In English | En español | In Italiano | Em português

Labyrinthe est une revue fondée en 1998. Publiée par les Editions Hermann depuis 2009, elle a pour ambition d’être un lieu de recherche et d’expérimentation dans le domaine des savoirs littéraires, philosophiques, historiques et sociaux. Elle est ouverte à tous les chercheurs, exigeants et curieux, quels que soient leur âge, leur statut et leurs orientations théoriques. Labyrinthe s’efforce en particulier d’accueillir autant de premières publications qu’il est possible.

Hors de toute institution, de toute orthodoxie, la revue est interdisciplinaire ou, mieux, indisciplinée. Parce qu’il faut défendre la complexité, l’inachèvement et le fragmentaire, Labyrinthe entend encourager le déplacement du regard, la mise en œuvre d’approches croisées et la circulation des savoirs. À partir de notions, d’objets, de contextes ou d’espaces spécifiques, la revue cherche à ouvrir un lieu de travail réellement collectif, tout en respectant les modes d’argumentation, les protocoles d’expérience et la liberté d’écriture propres à chacun.

Labyrinthe voudrait ainsi donner aux chercheurs l’occasion d’interroger leurs pratiques, de saisir les écarts qui les différencient et d’éprouver les rapprochements possibles.

Dernier numéro en ligne
41 | 2014-2015
Ici la Dédalie

Éditorial

Pour ce numéro, Labyrinthe a pris le large. Souvent il fut question en ses pages de désaligner les prises de parole savantes. Toujours ce fut dit avec à l’esprit le travail, l’étude, la « recherche ». Nous nous demandions des efforts d’imagination ; il ne fallait pas toutefois que tout pouvoir lui revienne.

Pour cette fois, il en va autrement. Nous sommes ailleurs. Ici la Dédalie. À l’horizon, l’utopie.

Ce jour nous décidons d’écrire une Utopie à plusieurs. Les lecteurs facétieux y percevront la directe poursuite d’une veine apicole récemment explorée ici même : il y eut en effet des utopistes pour inviter leurs maîtres et mécènes à l’imitation des abeilles. Pourtant notre projet ne vise pas à revivifier le genre quelque peu désuet (voire…) du « miroir des princes ». Il ne prétend pas davantage donner forme à une écriture romanesque. L’intérêt du topos utopique est précisément de ne forcer l’arrêt sur aucun de ces modes d’élocution. Ceci n’est pas un programme politique. Ceci n’est pas, (...) Lire la suite