Navigation – Plan du site
Dossier - « Et si… ? » La cause du contrefactuel

Contrefactuels, expériences de pensée, et conception singulariste de la relation causale en histoire1

Julian Reiss
p. 113-127

Texte intégral

L’analyse singulariste de la relation causale

  • 1 Éd. orig. « Counterfactuals Thought Experiments and Singular Causal Analysis in History », Philosop (...)

1Dans l’un de ses textes les plus souvent lus, « Possibilité objective et causalité adéquate en histoire », Max Weber introduit ainsi la procédure de base de l’analyse singulariste des relations causales :

L’attribution des effets aux causes prend place à travers un processus de pensée qui inclut une série d’abstractions. La première et la plus décisive a lieu quand nous concevons que l’une ou plusieurs des composantes causales sont modifiées dans une certaine direction et que nous nous demandons si, dans les conditions ainsi modifiées, le même effet […] ou un autre effet “serait attendu”.

2Pour le dire autrement, afin d’évaluer si un événement f (où f est un ensemble qui n’est pas nécessairement un singleton) a causé un événement-cible ϕ, l’historien se livre à une expérience de pensée à travers laquelle il soustrait mentalement f du cours réel de l’histoire et se demande si cette soustraction provoquerait une quelconque différence quant à l’occurrence de l’événement-cible ϕ. Pour savoir si f cause ϕ, il suffit de savoir si l’énoncé « si f n’avait pas été le cas, ϕ n’aurait pas été le cas » est un énoncé vrai.

3Cette première approche requiert une formulation plus précise, à deux titres au moins. Tout d’abord, de quelle manière soustrait-on f du cours réel de l’histoire ? Ensuite, de quelle manière connaît-on ce qui peut être attendu relativement à ϕ à la suite de l’élimination de f ? Dans son essai, Weber est inhabituellement silencieux à propos du premier point ; au sujet du second, il écrit :

« Cela signifie que nous décomposons le “donné” en “composantes” de sorte que chacune de ces composantes se trouve insérée au sein d’une “règle empirique”, afin qu’il soit par là possible de déterminer quel effet “peut être attendu” de chacune d’entre elles, les autres étant alors présentes en tant que “conditions”, en accord avec une règle empirique. Un jugement de “possibilité”, dans le sens donné ici à cette expression, signifie, par conséquent, la référence continue à des “règles empiriques” (Erfahrungsregeln) ».

4Plutôt que d’essayer de reconstruire précisément ce que Weber a pu vouloir dire par ces termes et comment il eût pu traiter du premier point, je vais examiner dans ce qui suit trois tentatives contemporaines d’évaluer les contrefactuels de type « Et si… ? », et je reviendrai par la suite aux deux points laissés en suspens.

Exemples historiques

5Les énoncés contrefactuels que nous allons examiner sont les suivants :

  • si les Grecs n’avaient pas vaincu les Perses à Salamine, la civilisation occidentale n’aurait pas dominé le monde ;

  • si Chamberlain s’était opposé à Hitler à Munich, la Seconde Guerre Mondiale n’en n’aurait pas été aggravée, et même au contraire ;

  • si Kennedy s’était montré plus résolu pendant la crise des missiles à Cuba, Khrouchtchev n’aurait pas déployé de missiles.

6Considérons chacune de ces propositions contrefactuelles.

Thémistocle et Xerxès

7En s’efforçant d’expliquer pourquoi les « valeurs occidentales » (telles que, par exemple, la liberté d’expression, l’égalité politique et la propriété individuelle) ont pu parvenir à dominer le monde, on peut se demander si des événements particuliers dans l’histoire de l’ascension de l’Occident ont pu être décisifs, dans le sens où en l’absence de tels événements, le monde aurait été radicalement différent. Victor David Hanson (2006) soutient que la victoire des Grecs contre les Perses à Salamine en 480 avant J.-C. est un événement de cette sorte. À cette époque, les armées du roi de Perse Xerxès occupaient l’Asie mineure, plusieurs des îles de la mer Égée et une partie considérable de l’Attique. Athènes avait été abandonnée par les Grecs puis incendiée. Thémistocle, le chef athénien, convainc les Athéniens et leurs alliés que seul un combat naval, et uniquement dans les passages étroits de Salamine – plutôt qu’une confrontation des infanteries à l’isthme de Corinthe, comme le proposent les Péloponnésiens, peut arrêter l’avancée des Perses.

8Tombant dans le piège de Thémistocle, les Perses, persuadés que la flotte grecque entamait sa retraite, s’engage dans les détroits. Du fait de l’étroitesse des bras de mer, les Perses ne peuvent tirer aucun avantage de leur supériorité numérique. De plus, les navires grecs sont plus mobiles que les vaisseaux perses et mieux adaptés à l’abordage et au sabordage des bâtiments ennemis. Les Perses, piégés par la marine grecque, perdent la moitié de leurs vaisseaux et près de 100 000 marins. Cette bataille marque le tournant des guerres médiques. Xerxès regagna sa patrie avec certains des survivants et ne remit plus les pieds en Grèce continentale. En moins d’un an les Athéniens purent réoccuper l’Attique de manière permanente et repousser les Perses au Nord en Béotie.

9Pour étayer sa thèse (« la bataille de Salamine a été un événement-clé dans l’avènement de la civilisation occidentale ») Hanson argumente en recourant à trois contrefactuels :

  • a. Si Thémistocle n’avait pas planifié et mené l’attaque athénienne, les Grecs auraient perdu la bataille de Salamine.

  • b. Si Athènes n’avait pas mené la coalition et choisi de combattre en mer à distance de Salamine, les Grecs auraient perdu les guerres médiques.

  • c. Si les Grecs n’avaient pas remporté les guerres médiques, la civilisation hellénique aurait été absorbée par la Perse et la culture occidentale à son tour aurait avorté précocement ou du moins aurait été si radicalement altérée qu’elle en serait devenue méconnaissable.

10Afin de soutenir la vérité de chacune de ces assertions, Hanson présente les données suivantes (entre autres) :

  • a. Une bataille terrestre n’aurait pu être gagnée par les Grecs ; en particulier la tentative de protéger le Péloponnèse en fortifiant l’isthme de Corinthe aurait été rendue vaine par l’accostage des vaisseaux perses à un point antérieur de la côte du Péloponnèse et par la supériorité numérique de l’infanterie perse. La rouerie de Thémistocle (qui a vraisemblablement trompé à la fois les Perses et ses alliés athéniens) fut décisive pour amener les Perses à combattre à Salamine et pour la manière dont la bataille fut menée ; aucun autre dirigeant grec ne semblait à même de concevoir une telle stratégie.

  • b. La bataille de Marathon (une décennie avant Salamine), ni aucun autre des affrontements qui précédèrent Salamine, ne permirent de stopper l’avancée des Perses. Des batailles ultérieures n’auraient pas été remportées par les Grecs s’il n’y avait pas eu la bataille de Salamine ; aucune bataille terrestre n’aurait été gagnée par les Grecs ; et le détroit de Salamine procurait des conditions tactiques idéales et uniques pour la flotte grecque qui était numériquement inférieure.

  • c. Bien que les Perses garantissent aux tribus conquises une autonomie limitée, essentiellement administrative et religieuse, des valeurs helléniques fondamentales comme la liberté politique et les droits de propriété seraient entrées en contradiction avec la culture autocratique de l’empire perse et auraient très certainement été abolies. Ces valeurs fondamentales n’existaient alors qu’en Grèce et si les Athéniens avaient succombé, les parties non occupées de la Grèce, comme la Sicile, n’auraient pu maintenir à elles seules la culture grecque.

Chamberlain et Hitler

11Au moment de l’accession de Hitler au pouvoir en 1933, la Grande-Bretagne reconsidéra sa politique étrangère. Elle appréhendait la menace du nazisme en Allemagne, du fascisme en Italie et de l’expansionnisme japonais. Elle voyait en l’Allemagne le plus grand risque pour sa sécurité. L’alternance d’apaisement et de dissuasion apparut comme la meilleure stratégie pour faire face à ce danger. D’un côté les plaintes de l’Allemagne étaient considérées comme légitimes, tout comme son but d’obtenir une plus grande base territoriale en Europe ; d’un autre, la Grande-Bretagne s’efforçait de se réarmer afin de pouvoir réagir en position de force aux exigences allemandes.

12Le cabinet Baldwin, au sein duquel Neville Chamberlain était chancelier de l’Échiquier, formula et appliqua cette politique. Chamberlain joua un rôle important dans la mise en place de ce processus. Toutefois, lorsqu’il succéda à Baldwin en tant que Premier Ministre, Chamberlain infléchit sa stratégie en privilégiant uniquement l’apaisement, sans plus considérer le réarmement comme une priorité.

13Le rôle joué par la Grande-Bretagne dans l’Anschluss, l’union forcée de l’Autriche et de l’Allemagne, illustre cette orientation politique. Le cabinet de Chamberlain estimait que l’Autriche était dispensable, que le chancelier autrichien se montrait déraisonnablement inflexible face à de légitimes exigences allemandes, et observait que de nombreux Autrichiens soutenaient l’union avec l’Allemagne.

14L’intégration des Allemands à travers toute l’Europe étant le but déclaré, Hitler porta son attention vers les Sudètes. Bien que la Grande-Bretagne considérât également la Tchécoslovaquie comme dispensable, la situation était d’importance pour sa sécurité, dans la mesure où la France était liée à la Tchécoslovaquie par un traité qui l’obligeait à porter secours à cette dernière en cas d’attaque. De plus, l’URSS avait accepté de rejoindre la France pour défendre la Tchécoslovaquie, et la Grande-Bretagne avait signé un pacte avec la France.

15Le but principal de la Grande-Bretagne était d’éviter une guerre entre les principales puissances européennes. Parmi les raisons invoquées : l’affaiblissement militaire de la Grande-Bretagne après la Première Guerre mondiale et la confiance de Chamberlain en sa propre diplomatie et en Hitler.

16Nous savons, bien entendu, que la Grande-Bretagne n’a pas réalisé ce but principal. Au contraire, cinq mois à peine après avoir pénétré le territoire des Sudètes, comme ce fut autorisé par les accords de Munich, les troupes hitlériennes occupèrent le reste de la Tchécoslovaquie, et six mois plus tard la Seconde Guerre mondiale commença avec l’invasion de la Pologne.

17Yuen Foong Khong se pose cette question : « L’histoire aurait-elle suivi un autre cours si la Grande-Bretagne avait agi de manière plus résolue en réponse aux exigences de Hitler concernant les Sudètes ? » (1996, p. 95). Précisément, le point central de son article est d’examiner la plausibilité de l’antécédent de ce contrefactuel (« Est-ce que la Grande-Bretagne aurait pu agir de manière plus résolue ? ») et de se demander, dans le cas où cet antécédent eût été plausible, s’il se fût ensuivi que Hitler eût été destitué ou que la Seconde Guerre Mondiale eût été (ou aurait pu être) évitée.

18Khong démontre qu’une politique anti-apaisement était effectivement possible. On sait qu’Anthony Eden, Duff Cooper et Winston Churchill défendaient une position plus « faucon » à l’égard de l’Allemagne (du moins en 1938 au moment des accords de Munich) et occupaient des positions au sein de l’appareil politique britannique qui auraient pu amener l’un ou l’autre d’entre eux à être nommé Premier Ministre au moment des accords de Munich ou à avoir une influence plus déterminante sur la politique étrangère du cabinet Chamberlain. De plus Hitler était conscient qu’avec l’un de ces trois hommes comme Premier Ministre, la Grande-Bretagne aurait adopté une attitude très différente face à l’Allemagne.

19La seconde question a trait à l’évaluation des conséquences d’une position britannique plus ferme. En 1945, Churchill popularisa l’hypothèse selon laquelle les ennemis intérieurs d’Hitler auraient fomenté un coup d’État contre lui si la Grande-Bretagne l’avait affronté avec fermeté dès 1938. Selon cette théorie, les opposants de Hitler, des officiers militaires qui jugeaient que l’Allemagne n’était pas prête pour la guerre, étaient prêts à l’attaquer, attendant un signe de soutien extérieur. Une théorie alternative est qu’un coup d’État aurait pu être favorisé uniquement par une guerre plus précoce entre d’un côté la Grande-Bretagne, la France et la Tchécoslovaquie et de l’autre l’Allemagne. Cette hypothèse apparaît comme une véritable possibilité, car au moins Churchill était prêt à entrer en guerre en cas d’échec de la dissuasion. Quoi qu’il en soit, il est vraisemblable que le cours de l’histoire européenne eût été très différent si Hitler avait été démis dès 1938.

20On a aussi des indications montrant que Hitler était sensible à la fermeté du discours. Par exemple, lorsque le premier ministre français Edouard Daladier le menaça de clore immédiatement les discussions de Munich s’il manifestait l’ambition de détruire la Tchécoslovaquie et de l’annexer à l’Allemagne, Hitler recula en niant que l’Allemagne eût de telles intentions.

21On a de la sorte trois possibilités : Hitler aurait reculé ; les ennemis intérieurs de Hitler aurait fomenté un coup d’État en Allemagne et démis Hitler (qu’il y ait eu ou non une guerre auparavant) ; ou alors il y aurait eu une guerre plus tôt avec Hitler au pouvoir. En admettant que les deux premières possibilités auraient été plus souhaitables que le cours réel de l’histoire, une question qui demeure est de savoir à quoi l’Europe aurait pu ressembler s’il y avait eu la guerre en 1938 au lieu de 1939. Certains historiens considèrent qu’une guerre plus précoce aurait été préférable, entre autres raisons parce que la Tchécoslovaquie n’aurait pas été diminuée et se trouvait du côté des Alliés.

22En somme, Khong soutient que même si une guerre avait eu lieu de manière parallèle aux événements qui se sont effectivement produits une année plus tard, « la confrontation aurait été préférable à une politique de l’apaisement parce que sa conséquence la pire n’aurait pas été pire que les événements de l’année 1939 ».

Kennedy et Khrouchtchev

23La crise des missiles cubains est également un épisode historique qui, selon certains historiens, aurait pu être évité si l’un de ses acteurs principaux, en l’occurrence John F. Kennedy, avait fait montre de plus de résolution. La crise consistait en une confrontation militaire entre les États-Unis et l’Union soviétique sur un certain nombre de missiles balistiques déployés par cette dernière à Cuba au mois de septembre 1962 en réponse à l’installation de quinze missiles balistiques de portée moyenne en Turquie qui pouvaient atteindre Moscou. Les historiens et les acteurs politiques, à commencer par Kennedy et Khrouchtchev, ont formulé un grand nombre de propositions contrefactuelles au sujet de cette crise, notamment (voir Lebow et Stein 1996, p. 124-5) :

  • si Kennedy avait fait preuve de davantage de résolution avant la crise, Khrouchtchev n’aurait pas déployé ses missiles à Cuba ;

  • si les États-Unis avaient attaqué les bases cubaines, l’Union soviétique aurait riposté par une action militaire, probablement en Turquie ou à Berlin ;

  • si les États-Unis avaient attaqué les bases cubaines, l’Union soviétique n’aurait pas riposté militairement ;

  • si les États-Unis n’avaient pas tenu à Cuba, Khrouchtchev aurait été tenté de lancer d’autres défis aux Américains, le plus probablement à Berlin, ce qui aurait augmenté le risque d’une guerre nucléaire.

24Lebow et Stein analysent ces contrefactuels, et d’autres du même type, en estimant que leur base empirique est défaillante. Je veux considérer plus spécifiquement deux problèmes : dans leur examen du premier contrefactuel touchant la résolution de Kennedy avant la crise, Lebow et Stein soutiennent qu’il n’avait aucune bonne raison de lancer un avertissement avant l’installation des armements à Cuba, dans la mesure où il ne pouvait pas suspecter un déploiement de missiles et où, sur le plan intérieur, les élections n’auraient lieu que six mois plus tard. Aussi Lebow et Stein estiment-ils nécessaire, pour évaluer ce contrefactuel, d’examiner quelles conditions dans le passé de l’antécédent auraient dû être le cas pour que cet antécédent contrefactuel soit possible ou vraisemblable.

25David Lewis (1979, 456) pense que dans de tels cas les contrefactuels sont vagues. Il emprunte un exemple à Peter Downing :

Jim et Jack se sont querellés aujourd’hui, et Jack trépigne encore de colère. On en conclut que si Jim demandait de l’aide à Jack aujourd’hui, Jack ne lui offrirait pas son aide. Mais voilà : Jim n’est pas dépourvu de fierté. Il n’est certainement pas disposé à demander de l’aide après une telle querelle : si Jim était disposé à demander de l’aide à Jack aujourd’hui, il n’y aurait pas eu de querelle hier. Dans ce cas Jack se montrerait généreux comme à son habitude. De sorte que si Jim demandait son aide à Jack aujourd’hui, Jack serait en fait tout disposé à la lui offrir.

26Lewis soutient que la « résolution » standard de ces contrefactuels vagues n’implique pas de « retour sur traces » ou de « rétroactivité » (backtracking) : pour évaluer le contrefactuel, nous ne devons pas revenir en arrière et nous demander « qu’est-ce qui aurait dû être le cas pour que… ? ». C’est seulement dans certains contextes (par exemple afin de permettre à un interlocuteur d’avoir raison dans la conversation) que la résolution non standard recourant à des « retours sur traces » peut s’appliquer. Mais à l’inverse de cette recommandation de Lewis, Lebow et Stein posent précisément la question-type : quelles conditions auraient dû être le cas pour que Kennedy fît montre de davantage de résolution ? Mais les conditions qui auraient permis à Kennedy de faire montre de plus de résolution n’étaient pas historiquement présentes, et ainsi ils considèrent l’antécédent du contrefactuel qu’ils analysent comme inadmissible.

27En second lieu, selon la manière dont l’antécédent est précisément implémenté, la plausibilité que le conséquent soit vrai ou non s’en trouve affectée. Prenons le second et le troisième contrefactuels indiqués plus haut, projetant ce qui se serait produit si les États-Unis avaient attaqué les bases de missiles cubaines. Lebow et Stein affirment :

« La réponse de Khrouchtchev aurait probablement dépendu du contexte. Une frappe aérienne qui aurait détruit les sites de missiles soviétiques et tué plusieurs centaines de soldats soviétiques aurait provoqué une réponse différente que des attaques aériennes suivies d’une invasion qui auraient fait des dizaines de milliers de victimes soviétiques et renversé le gouvernement de Castro ».

28Les auteurs, considérant que la réaction de Khrouchtchev aurait été également influencée par l’attitude des alliés de l’OTAN d’une part et l’intensité de la pression des autres dirigeants soviétiques d’autre part, concluent que ces facteurs et leur interaction ne peuvent être évalués, et qu’en conséquence la vérité des contrefactuels associés est purement et simplement non connaissable.

La sémantique des contrefactuels des historiens

29Pour revenir à nos deux points initiaux, qu’en est-il, d’abord, de l’implémentation de l’antécédent d’un contrefactuel ? La théorie de la causalité singulière qu’utilisent les historiens a des ressemblances, certes superficielles, avec l’analyse théorique des contrefactuels que propose David Lewis (par exemple dans Lewis, 1973). En revanche elle diffère de manière très significative en ce qui concerne le mode d’évaluation d’un contrefactuel. Dans le cadre proposé par Lewis, un antécédent contrefactuel est implémenté par un « miracle », c’est-à-dire par le truchement d’une incision minimale qui viole les lois causales dont l’événement mentionné dans l’antécédent est l’effet, et qui provoque l’événement sans avoir lui-même d’antécédents causaux (ou, plus exactement, sans avoir d’antécédents causaux qui puissent eux-mêmes affecter le conséquent).

30Les historiens utilisent également une « règle de réécriture minimale » (cf. Tetlock et Belkin 1996), mais il s’agit en fait de quelque chose de complètement différent. Cette règle requiert que l’antécédent falsifie le moins possible ce que nous tenons pour une cause avérée des événements considérés, étant donné ce que nous savons au sujet des généralisations causales. Quand il implémente un antécédent contrefactuel, l’historien se demande ainsi quelles conditions auraient dû être le cas pour que l’antécédent s’ensuive de telles conditions, et, également, si ces conditions sont plausibles. Dans le premier exemple analysé, cette question est ainsi posée : qu’est-ce qui aurait rendu plausible la défaite des Grecs à Salamine ? Hanson mentionne une série de conditions, par exemple : une stratégie différente ou une mise en œuvre imparfaite de la stratégie choisie parce que les Perses auraient évité le piège tendu, un autre commandement, un moindre soutien par leurs alliés, et ainsi de suite. Il est de la première importance, pour Hanson, de se demander comment une défaite grecque aurait pu être le cas : cet antécédent n’est pas implémenté par le truchement d’un miracle.

31Il en va de même dans le deuxième des trois cas. Khong ne construit pas un scénario fictif dans lequel Chamberlain adopte une attitude de confrontation, sans que rien d’autre dans les circonstances ne se trouve modifié. En fait, pour cela se fût produit, trop de choses auraient dû être différentes de ce qu’elles furent, car Chamberlain était trop confiant dans les vertus de sa politique d’apaisement et les faucons de son cabinet avaient été réduits au silence. Khong retourne dans le passé et se demande s’il est concevable que quelqu’un d’autre ait pu devenir Premier Ministre et si cette autre personne aurait adopté une attitude de confrontation. Et, de fait, il trouve qu’un autre Premier Ministre aurait pu être en fonction à la place de Chamberlain et que parmi les candidats possibles, au moins trois d’entre eux – Eden, Cooper et Churchill – étaient réputés être des faucons.

32Le troisième cas montre qu’un contrefactuel est inadmissible à moins que les conditions dans lesquelles l’antécédent aurait été susceptible d’être le cas soient présentes. Lebow et Stein soutiennent que se demander ce qui serait advenu si Kennedy avait fait preuve de plus de fermeté est dénué de sens pour la raison qu’il n’avait pas de bonnes raisons de faire preuve de plus de fermeté : il ne disposait pas des renseignements indiquant que les Soviétiques allaient déployer des missiles, et n’était pas non plus sous pression intérieure du fait, par exemple, de l’imminence d’élections (Lebow et Stein 1996, p. 129). Dussions-nous évaluer ce contrefactuel, nous aurions à modifier ces conditions ; cependant, déplacer les élections ou altérer ce que Kennedy pouvait savoir au moment de sa décision requerrait beaucoup trop de réécriture historique. Conclusion : les contrefactuels dans l’histoire implique un « retour sur traces » (une modification en chaîne de l’ordre causal passé).

33Pour traiter le second problème, nous pouvons observer qu’une fois l’antécédent réalisé, le conséquent est jugé être le cas par l’historien sur la base de ce qu’il sait par ailleurs du contexte historique ainsi que des « règles informelles » du comportement humain. Les Perses ont effectivement détruit la culture grecque (ou purement et simplement exterminé la population) dans les autres parties de la Grèce qu’ils avaient soumises, telles que les colonies grecques d’Asie mineure ou des îles ioniennes. On peut ainsi supposer qu’ils en auraient fait de même avec les Athéniens si ces derniers avaient succombé. De manière similaire, Khong recourt à une donnée factuelle, au sujet de la réaction de Hitler à la menace de Daladier de mettre un terme aux négociations, pour soutenir que Hitler avait une certaine disposition comportementale – être sensible à un langage de fermeté – afin de rendre plausible en retour la supposition que Hitler aurait reculé si la Grande-Bretagne avait suivi une politique de fermeté. Il faut souligner que les généralisations invoquées ne forment pas des lois strictes ou même des modèles explicites du comportement humain, comme par exemple les modèles de choix rationnels. Elles consistent plutôt en des généralisations approximatives du type : « les gens continuent d’agir conformément aux habitudes comportementales qu’ils ont exhibées par le passé » ou encore « les gens font ce qu’ils disent qu’ils vont faire à moins qu’il y ait une bonne raison pour qu’ils ne le fassent pas », et ainsi de suite.

34Les contrefactuels des historiens diffèrent de ceux de Lewis en deux points principaux. La première différence concerne la sémantique de l’implémentation des antécédents. Pour l’historien, on ne peut poser un antécédent contrefactuel qu’en présence de conditions causales telles que cet antécédent ait pu être le cas (même si, pour autant que nous sachions, cet antécédent n’a pas été le cas). Qualifions un tel antécédent d’historiquement cohérent (Tetlock et Belkin 1996, p. 23-25). La seconde différence a trait à ce que Lewis a formulé des conditions de vérité pour les contrefactuels et pouvait donc invoquer les lois de la nature indépendamment du fait que ces lois soient connues ou pas. Les historiens sont moins intéressés par la vérité, et plus par la question de savoir si l’assertion d’un énoncé donné est raisonnable : ils interprètent par conséquent un contrefactuel en termes de ce qui est connu et non en termes de ce qui est le cas. Les assertions d’énoncés contrefactuels sont donc relatives aux données disponibles et aux généralisations jugées admissibles par un historien particulier.

35Pour résumer, nous pouvons proposer les définitions suivantes :

36Soit H un historien muni de croyances sur le type de données pertinentes et les généralisations B et C un contexte historique telle que ~f.

37Relativement à B, le contrefactuel « ~f ‎→‎ ~ϕ » peut être asserté si et seulement si :

  • f, ϕ sont le cas,

  • ~f est historiquement cohérent et suffisamment précis pour permettre un jugement concernant ϕ,

  • H juge que ~ϕ est le cas dans C.

Causalité et effectivité

38Pour revenir sur la notion de causalité singulière, nous pouvons également définir :

Causalité au sens de Weber : « f était cause de Ø » peut être asserté si et seulement si « ~f ‎→‎ ~Ø ».

39Dans quelle mesure peut-on utiliser cette notion de causalité à la Weber pour établir des inférences causales singulières ? Un fondement de la théorie philosophique de la contrefactualité est que si les énoncés contrefactuels peuvent représenter des assertions causales ils ne doivent pas être rétroactifs (backtracking). Autrement dit, l’antécédent contrefactuel doit être réalisé de sorte qu’aucune de ses causes n’ait pour effet un changement quelconque dans le conséquent du contrefactuel. Dans l’analyse de Lewis, l’antécédent est réalisé du fait a) d’une violation des lois de la nature qui ont pour effet la cause putative de la négation de l’antécédent juste avant que l’événement mentionné dans cet antécédent ne se produise ; b) d’une violation de ces seules lois ; c) du recours à un miracle comme cause de cet événement alternatif, miracle lui-même non causé.

40L’ensemble des contrefactuels historiques que nous avons examinés ici sont virtuellement rétroactifs. Cela n’aurait qu’une importance mineure si cette rétroactivité n’était que de nature temporelle. Ce qui importe est de savoir si la cause ainsi modifiée de l’événement mentionné dans l’antécédent du contrefactuel peut être elle-même une cause de l’événement mentionné dans le conséquent du contrefactuel sans transiter par un chemin causal qui inclut l’événement mentionné dans l’antécédent. C’est cette éventualité que la condition de non rétroactivité de Lewis s’efforce de bloquer. L’approche favorite des historiens ne peut cependant pas exclure de telles situations, et par conséquent elle est soumise à certains types de contre-exemples.

41Prenons la politique d’apaisement de la Grande-Bretagne comme une cause d’arrière-plan. Khong l’implémente d’une manière qui est typiquement « rétroactive » en mettant Chamberlain de côté et en plaçant un autre Premier Ministre à sa place. Mais la plausibilité de la guerre et la manière dont elle est menée dépendent assurément de qui est Premier Ministre indépendamment de la position britannique sur les Sudètes. Par exemple, l’une des raisons invoquées par Chamberlain en faveur de sa stratégie est que la Grande-Bretagne était insuffisamment réarmée pour entrer en guerre contre l’Allemagne. Néanmoins, la lenteur du réarmement britannique était en partie due à Chamberlain lui-même. On ne peut donc pas s’attendre à ce que, si Churchill avait été Premier Ministre, la Grande-Bretagne ait été militairement plus puissante, ce qui, à son tour, aurait affecté la plausibilité et la nature de la Seconde Guerre mondiale.

42Comme on le sait bien, si les contrefactuels sont rétroactifs dans ce sens, les énoncés causaux associés peuvent être interprétés de manière erronée. Supposons que f ne soit une cause de ϕ, que g le soit et que g soit également une cause de f. Si l’on implémente « ~f ‎→‎ ~ϕ » en modifiant g, le contrefactuel sera vrai même si, par hypothèse, f ne cause pas ϕ. La causalité à la Weber n’est donc pas suffisante pour la causalité.

43Un problème notoire pour les théories contrefactuelles de la causalité est celle de la « causalité redondante », qui se produit lorsque plusieurs événements alternatifs rivalisent comme cause d’un effet donné. Les causes réelles ne sont pas toujours effectives, justement quand un autre événement aurait pu causer l’effet en l’absence de la cause effective. La causalité à la Weber souffre de ce défaut également.

44Supposons qu’effectivement la bataille de Salamine ait permis l’avènement de la civilisation occidentale. Les Perses ont été vaincus, l’hellénisme a été florissant, a effectivement influencé Rome et, à travers Rome, les puissances européennes plus tardives en Europe et en Amérique. Mais supposons que les Athéniens se soient enfuis et installés en Sicile, ils n’auraient pas alors été persécutés par les Perses et l’hellénisme aurait prospéré de toute façon – avec un épicentre légèrement déplacé vers l’ouest. Alors la bataille de Salamine aurait formé une cause réelle, et non une cause à la Weber.

45Les historiens ont de réelles difficultés pour assurer que la cause putative d’un événement soit réellement effective. Hanson, par exemple, s’étend sur le fait que la bataille fut décisive précisément dans ce sens-là : il n’y avait aucun événement alternatif vraisemblable, en dehors de la victoire grecque à Salamine, qui aurait pu assurer la sauvegarde des valeurs hellénistiques. Pour prendre un nouvel exemple, les discussions sur le fait de savoir si l’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand a causé la Première Guerre mondiale tournent autour de la question de l’impact de cet événement lui-même, pas de l’éventualité de son insertion dans une chaîne d’événements menant au déclenchement de la guerre en relation avec d’autres causes potentielles dans l’arrière-plan. La causalité à la Weber n’est donc pas non plus nécessaire pour la causalité.

Évaluation

46Devons-nous en conclure que la méthode d’inférence causale utilisée par les historiens est purement erronée ? À mon avis, pas du tout. Il est clair que la causalité au sens de Weber est distincte de la causalité ordinaire. Décider quel concept est le plus approprié dépend du but poursuivi. Le but des historiens est souvent de déterminer l’importance historique d’une personne ou d’une action, considérée comme un événement singulier, ou encore l’efficacité d’une politique, auquel cas l’événement est considéré comme l’instanciation d’un type. Dans les deux cas c’est l’effectivité de l’événement (s’il « a fait une différence » dans le monde) qui compte, et non sa seule fonction de cause. Le fait que la survie de la Grèce découle d’actions individuelles et que l’avènement de l’Occident ne tienne qu’à un fil a été utilisé contre les triomphalistes qui aimeraient croire que les valeurs occidentales sont devenues dominantes en raison de leur supériorité intrinsèque. Si l’hellénisme avait dominé, quoi qu’il se fût passé, quand bien même ce seraient les actions de Thémistocle qui ont de fait permis la survie des valeurs occidentales, l’argument ne pourrait être accordé. De même, une politique qui n’est pas effective, qui ne fait aucune différence pour un résultat d’intérêt est inutile et probablement nuisible en raison de son coût.

47D’un autre côté, particulièrement dans le contexte de la décision politique, le fait qu’un événement qui fait une différence dans le monde soit la cause réelle du résultat d’intérêt importe peu. Supposons que ce ne soit pas la politique d’apaisement qui a conduit Hitler à occuper le territoire des Sudètes et ensuite le reste de la Tchécoslovaquie, mais, différemment, la faiblesse militaire britannique. Supposons également que le réarmement est source de dissuasion. Dans ce cas, si l’implémentation d’une politique de non-apaisement doit passer par une phase préalable de réarmement, il n’importe guère que ce soit la politique militaire ou la diplomatie qui soit effective. À nouveau, ce qui importe c’est l’effectivité (le fait de « faire une différence ») et non la causalité per se qui importe.

Haut de page

Bibliographie

Hanson, Victor Davis (2006), “A Stillborn West? Themistocles at Salamis, 480 BC”, in Philip Tetlock, Richard Ned Lebow, et Geoffrey Parker (éds), Unmaking the West : “What-If?” Scenarios That Rewrite World History. Ann Arbor : University of Michigan Press, p. 47-89.

Khong, Yuen Foong (1996), “Confronting Hitler and Its Consequences”, in Philip Tetlock et Aaron Belkin, op. cit., p. 95-118.

Lebow, Richard Ned, and Janice Gross Stein (1996), “Back to the Past : Counterfactuals and the Cuban Missile Crisis”, in Philip Tetlock et Aaron Belkin, op. cit., p. 119-148.

Lewis, David (1973), “Causation”, Journal of Philosophy 70 (8), p. 556-567.

— (1979), “Counterfactual Dependence and Time’s Arrow”, Noûs 13 (4), p. 455-476.

Tetlock, Philip et Aaron Belkin (éds) (1996), Counterfactual Thought Experiments in World Politics : Logical, Methodological and Psychological Perspectives. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Weber, Max (1904), « Possibilité objective et causalité adéquate en histoire », originellement publié dans Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, p. 22-87.

Haut de page

Notes

1 Éd. orig. « Counterfactuals Thought Experiments and Singular Causal Analysis in History », Philosophy of Science, 76 (2009), p. 712-723. Traduit par Sacha Bourgeois-Gironde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julian Reiss, « Contrefactuels, expériences de pensée, et conception singulariste de la relation causale en histoire », Labyrinthe, 39 | 2012, 113-127.

Référence électronique

Julian Reiss, « Contrefactuels, expériences de pensée, et conception singulariste de la relation causale en histoire », Labyrinthe [En ligne], 39 | 2012 (2), mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/4277 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.4277

Haut de page

Auteur

Julian Reiss

Département de Philosophie, Université Erasmus, Rotterdam

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page