Navigation – Plan du site
Dossier - L'éloquence des singes

À propos de l’homme, ou comment repenser la sélection naturelle du langage humain

Terrence W. Deacon
Traduction de Marc Aymes
p. 27-37

Notes de la rédaction

Le loufoque Garner rêvait, avec d’autres, de singes domestiqués, s’approchant encore du niveau des humains. Terrence Deacon (né en 1950) avance l’idée selon laquelle le langage (et l’ensemble de notre monde symbolique) dérive d’une auto-domestication de l’humain par l’humain. Dans deux ouvrages majeurs (The Symbolic Species en 1997, et Incomplete Nature en 2011), et d’innombrables articles, Deacon a développé une hypothèse complexe et transversale, qui emprunte à l’anthropologie et aux neurosciences (que le scientifique enseigne à Berkeley), comme à la sémiotique et à la biologie, en vue d’expliquer l’émergence des propriétés de l’esprit humain jugées les plus singulières. Dans cette perspective naturaliste, l’énigme du singe parlant se résorbe par la co-évolution de l’anatomique et du symbolique.
L.D.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Aymes.

Texte original publié le 14 février 2010 sur le forum en ligne «  On the Human  » du National Humanities Center1. Le format a été revu pour convertir les références bibliographiques citées en note de bas de page.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’évolution en niche artificielle sur le long terme
Sélection relâchée et complexité
Quelques spéculations pour conclure

Aperçu du texte

Il arrive qu’une complexité extrême mette le modèle de la sélection naturelle au défi d’expliquer quoi que ce soit. Depuis Darwin, l’aptitude humaine au langage est incessamment citée en exemple-type de ce cas de figure. Et ceux qui ont souligné les problèmes posés par cette faculté si spécifiquement humaine n’étaient pas tous des critiques du darwinisme. On sait l’argument avancé par Alfred Russel Wallace, co-instigateur de la théorie de la sélection naturelle, et réputé plus darwiniste que Darwin à bien des égards : selon lui, en devenant apte au langage, l’intellect humain a franchi un niveau de complexité excédant de beaucoup celui que la sélection naturelle seule aurait pu atteindre. Farouchement attaché à cette dernière pour expliquer les traits typiques d’autres espèces, Wallace n’en souligna pas moins que «  la sélection naturelle aurait tout juste permis au cerveau de l’homme primitif de surpasser celui du singe  ». Quant à Charles Lyell, qui s’employa personnellement à fai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Terrence W. Deacon, « À propos de l’homme, ou comment repenser la sélection naturelle du langage humain », Labyrinthe, 38 | 2012, 27-37.

Référence électronique

Terrence W. Deacon, « À propos de l’homme, ou comment repenser la sélection naturelle du langage humain », Labyrinthe [En ligne], 38 | 2012 (1), mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://labyrinthe.revues.org/4242

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page