Navigation – Plan du site
Textes libres

À propos de Lumière de l’Éternel, de asdaï Crescas

David Lemler
p. 157-161
Référence(s) :

Ḥasdaï CRESCAS, Lumière de l’Éternel, traduction, préface et notes É. SMILÉVITCH, Paris, Hermann / Strasbourg, Ruben Éditions, 2010, 1275 p., 130 €.

Texte intégral

1Cette parution est un événement. Lumière de l’Éternel est le dernier des ouvrages majeurs du rationalisme juif médiéval, ponctuant une série de tentatives de mesurer le judaïsme aux exigences de la rationalité philosophique. Son auteur, Ḥasdaï Crescas (vers 1340-1410), est un pur produit du judaïsme espagnol, philosophe et élève de grands maîtres de la tradition talmudique (notamment Nissim de Gérone, dit « le Ran »). Il fut un dirigeant de la communauté barcelonaise. L’ouvrage aurait été achevé en 1410, au lendemain des grandes persécutions de 1391, qui coûtèrent à l’auteur son seul fils, et à la veille de l’expulsion, scellant la fin de ce judaïsme espagnol. C’est pourquoi Lumière de l’Éternel n’a pratiquement pas fait école. Il est resté à ce jour un des grands oubliés de la pensée juive. Le caractère radical de certaines de ses thèses, sa technicité et son style lapidaire expliquent aussi qu’il n’ait pas trouvé une réception à la hauteur de son extraordinaire ambition.

2Crescas en donne le ton dans son introduction. Il s’agit rien moins que de supplanter l’œuvre incontournable de Maïmonide. Le texte ici traduit, d’une ampleur monumentale (dans le présent volume, la traduction couvre avec les notes environ mille pages), ne constituait en réalité, pour l’auteur, que la première moitié d’un édifice resté inachevé. Si Lumière de l’Éternel vise à remplacer l’ouvrage philosophique majeur du judaïsme médiéval, le Guide des égarés de Maïmonide, la seconde partie aurait offert une alternative à son grand code de la loi juive, le Mishneh Torah. Crescas entendait ainsi proposer une vision totale et originale du judaïsme, tout en s’inscrivant dans la ligne rationaliste dans laquelle précisément Maïmonide avait, jusqu’alors, tenu lieu d’autorité incontestable.

3Nous ne disposons donc que du versant philosophique de ce projet révolutionnaire1. L’auteur, dans son introduction, en justifie la rédaction par la nécessité d’établir clairement quelles sont les doctrines fondamentales du judaïsme, celles auxquelles un Juif est appelé à adhérer et pour quelles raisons. Si le Talmud ne mentionne pas ces doctrines, c’est, d’après lui, que leur liste n’était pas matière à discussion parmi les Sages qui les avaient reçues par tradition orale. Cette tradition étant perdue, « nombre de nos compatriotes s’enorgueillirent d’édifier une hallucination, dans un style prophétique abscons, tissée […] de conceptions étrangères » (p. 235). C’est évidemment Maïmonide qui se trouve avant tout visé. Il s’agit de ne pas s’en laisser dire, de remettre à plat les arguments de Maïmonide et de ses successeurs philosophes (notamment Gersonide), pour mesurer, au-delà de ce qu’ils prétendent prouver, ce qu’ils prouvent effectivement.

4L’ouvrage se présente comme une exposition raisonnée des doctrines du judaïsme. Il est divisé en quatre discours portant chacun sur un type de doctrines classées selon leur importance: 1) les bases de la foi (shorashim), l’existence, l’unité et l’incorporéité de Dieu, 2) les « axiomes » (pinot) sans lesquels nulle loi divine ne serait possible (entre autres, la providence et le libre arbitre), 3) les « croyances vraies » (emunot amitiyyot), points dont la négation constituent un rejet de la loi de Moïse (notamment la création), 4) les simples « opinions » (sevarot) sans portée majeure (la réincarnation par exemple).

5Concernant chacune des questions traitées, Crescas expose puis analyse minutieusement tous les arguments en présence avant de trancher ou de proposer une option originale. Lorsqu’il s’agit de critiquer une thèse, il propose d’abord une argumentation « ad hominem ». Il admet les présupposés de l’adversaire pour contester ses conclusions sur son propre terrain. Puis il montre que ces présupposés sont eux-mêmes contestables. Le Premier discours offre ainsi une critique dévastatrice de la physique et de la métaphysique aristotéliciennes2. Au début du livre ii du Guide des égarés, Maïmonide avait posé une série de propositions admises comme irréfutables dans le cadre de la philosophie d’Aristote afin de produire, en les combinant, des preuves de l’existence, l’unité et l’incoporéité de Dieu. Il entendait sur ce point montrer l’écart entre les démonstrations philosophiques, répondant aux exigences de la rationalité, et les preuves jugées factices du kalam (théologie rationnelle, issue de l’islam). Crescas, quant à lui, reprend la démarche critique de Maïmonide envers le kalam, mais il l’applique aux propositions prétendument irrécusables d’Aristote lui-même et à leurs démonstrations. In fine, se trouvent réfutées deux thèses fondamentales de la cosmologie médiévale: l’impossibilité d’un infini en acte et l’inexistence du vide. La conception de l’Univers qui en découle (excentré, infini et essentiellement composé de vide) est radicalement nouvelle et résolument moderne.

6Avec cette parution, on peut désormais dire que c’est en français que deux des principaux textes de la philosophie juive médiévale ont connu leur première traduction intégrale moderne, nouvel indice de ce que le judaïsme français constitue un terreau particulièrement favorable à une confrontation entre sources juives et philosophie, selon des modalités diverses. Salomon Munk avait ainsi, à la fin du xixe siècle, accompagné son édition de l’original arabe du Guide des égarés d’une traduction française.La présente traduction de Crescas s’en distingue pourtant largement par sa destination. Munk était un tenant de la « science du judaïsme », travaillant dans une perspective d’érudition. Éric Smilévitch, lui, s’il a opéré sa traduction sur la base d’un travail qui s’apparente à un établissement critique du texte3, n’est pas un universitaire, c’est un talmudiste. Sa traduction s’inscrit dans la perspective de l’étude juive (et non des études juives). Il s’en explique dans une longue introduction de deux cents pages et dans des notes très fournies, de nature diverse (bibliographiques, philologiques, didactiques, interprétatives…), qui ne se veulent pas exhaustives (en particulier concernant le rappel des sources) mais visent à guider un lecteur engagé dans l’étude du texte.

7Il en ressort que l’enjeu d’une telle publication, dont l’initiative revient à Jean-Pierre Adjedj, signant l’avant propos, est la réactivation d’une pensée. Il s’agissait de soustraire Crescas de la double tutelle où la recherche l’avait enfermé: celle de la scolastique latine, dont il se serait inspiré, et celle de Spinoza, qu’il aurait influencé. Crescas se voit restituer la dignité d’un grand philosophe, qui s’expose aux risques de la pensée et en assume la radicalité. C’est la signification même d’une traduction intégrale de ce texte, dont les quelques éditions partielles avaient fait oublier l’unité.

8Ce travail de réactivation se révèle particulièrement probant concernant le point le plus délicat de l’ouvrage: la position déterministe adoptée par Crescas. On y a vu une reprise des thèses d’un apostat juif contemporain de Crescas, Avner de Burgos, qui justifiait ainsi les conversions forcées. Avner et Crescas constitueraient ainsi les deux faces d’une même médaille: l’accompagnement idéologique de l’agressivité missionnaire de l’Église de l’époque, la victime sympathisant ultimement avec le bourreau. Mais Smilévitch nous invite à lire Crescas et à constater qu’en réalité sa position n’est pas réductible à celle d’Avner. Il fait simplement remarquer que, si la thèse défendue est bien déterministe, elle l’est dans une section (ii, 5) consacrée au libre arbitre, présenté comme une condition sans laquelle une loi divine est impossible. Le déterminisme de Crescas doit dès lors être pensé comme une thèse positive sur le libre arbitre. Certes, tout agent, en tant qu’il est soumis au régime des causes, est déterminé. Ses représentations, y compris celles qu’induit la Torah et ses commandements, font partie de ce qui le détermine à agir. L’espace de liberté laissé au sujet est donc réduit à celui d’un examen de ses représentations, examen qui est l’enjeu même de l’ouvrage dans son ensemble. Crescas déplace ainsi la question classique du libre arbitre, et de sa compétition avec l’omniscience divine, du plan de l’ontologie à celui de la psychologie. Au problème de l’inanité de la rétribution dans un système déterministe, il répond: les actes et les croyances, déterminés, ne sont en effet nullement sanctionnés. La joie qui provient de l’adhésion subjective à ces croyances, qui seule dépend de la décision d’un sujet d’examiner et d’arbitrer entre ses représentations, constitue son unique et ultime récompense.

9Voici donc un monstre qui bouscule toutes les habitudes. Le médiéviste y découvre qu’il est possible de faire de la philosophie en critiquant frontalement Aristote. L’ouvrage échappe aux grandes divisions du Moyen Âge juif post-maïmonidien entre les défenseurs du Guide des égarés, favorables à l’étude de la philosophie, et ses adversaires, accréditant l’idée que la véritable pensée du judaïsme serait sa tradition mystique. Crescas fait de la philosphie avec Maïmonide mais contre lui, tout en se défendant d’être kabbaliste. On y découvre aussi un philosophe assumant et démontrant qu’il est de l’indémontrable dans la Torah (jusqu’à l’unité et l’incorporéité de Dieu). Enfin, le lecteur contemporain de cet ouvrage, s’il existe (là est le pari), pourra trouver dans ce livre qui vient de fêter ses six cents ans une réflexion profonde, invitant, comme y insiste Smilévitch, à se garder de voir dans les méandres de l’histoire les preuves de l’inexistence de Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lemler, « À propos de Lumière de l’Éternel, de asdaï Crescas », Labyrinthe, 37 | 2011, 157-161.

Référence électronique

David Lemler, « À propos de Lumière de l’Éternel, de asdaï Crescas », Labyrinthe [En ligne], 37 | 2011 (2), mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/4206

Haut de page

Auteur

David Lemler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page