Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans ce numéro, Nicolas Bouzou et François Andelkovic proposent aux lecteurs un dossier consacré au continent africain envisagé selon diverses perspectives. Rappelons que la livraison précédente aavait offert un premier aperçu de cette problématique avec l’article de Sophie Maurer, « Enfances africaines en France : socialisations plurielles ».

2Les deux coordinateurs ont mis en œuvre la logique pluridisciplinaire chère à Labyrinthe : se croisent ainsi des approches historiennes, économiques, et géographiques. Une problématique domine cependant : l’Afrique dans la globalisation. Les auteurs ont cherché à échapper à la question rebattue du sous-développement, tout en abordant frontalement le problème de l’intégration du continent africain dans le système économique international. De ce fait, c’est évidemment une Afrique « vue de l’Occident » qui est explorée dans les pages qui suivent. Mais si cet Occident est omniprésent dans ces textes, c’est sur un mode résolument négatif : à travers la colonisation et le monde post- (néo ?) colonial, les stratégies multiples liées aux richesses pétrolières, ainsi que la figure du FMI et de ses politiques monétaires. Se conjuguent ici volonté de synthèse et approche au cas par cas, de l’article-bilan (Bernard Droz) à l’étude de cas (Géraud Magrin), en passant par la vaste synthèse (Kurt Schuler), et la forte prise de position (Jörg Guido Hülsmann). Incontestablement, les avis sont tranchés : il y a matière à discussions, débats, contestations — bref, à dissensus. Sans doute certains textes ne reflètent-ils pas les orientations qui sont les nôtres ; nous nous en félicitons. Saluons pour finir la réjouissante hétérogénéité des auteurs de ce dossier : parcours, statuts et âges diffèrent singulièrement, du professeur d’histoire au sénateur, du jeune chercheur géographe au théoricien de l’économie.

3Les différents articles de notre rubrique « actualité de la recherche » mettent en avant un croisement qui nous est cher entre littérature, philosophie et sciences humaines. Est heureusement évité le point de vue théorique entre les disciplines entendues comme corps constitués ; c’est ici autour d’un problème, celui de la possession et de ses formes, que se noue la réflexion. Il y a là un exemple de la reconfiguration des savoirs interprétatifs dont Labyrinthe entend être un acteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Editorial », Labyrinthe [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 22 février 2005, consulté le 23 avril 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/302

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page