Navigation – Plan du site
Dossier - Des Juifs contre l'émancipation

Glossaire

p. 125-130

Texte intégral

1Agada, pl. agadot – textes rabbiniques du Talmud et du midrash qui n’ont pas de caractère juridique et n’appartiennent donc pas à la halakha. Il s’agit pour l’essentiel de commentaires, de récits populaires, de légendes et de « leçons » à dimension éthique.

2Alliance israélite universelle – organisation philanthropique fondée en 1860, par des notables des communautés juives d’Europe occidentale récemment émancipées. L’AIU, fondée sur le principe de la responsabilité des Juifs envers leurs coreligionnaires défavorisés, se donne pour projet de « régénérer » les communautés juives des pays arabomusulmans par la propagation des idées universalistes et laïques issues de l’émancipation et par la diffusion de la culture moderne occidentale. Elle développe un important réseau d’écoles en langue française dans les pays du bassin méditerranéen.

3Amora, pl. amoraïm – sages de Babylone et de Palestine qui, entre le IIIe et le Ve siècle, ont expliqué, commenté et discuté les avis et les décisions des tanaïm, rédigeant ainsi la gemara.

4Aufklärer – équivalent allemand du philosophe des « Lumières » françaises ou de l’Enlightenment anglais, le grand mouvement philosophique du XVIIIe siècle.

5Beit-din, pl. batei din – tribunal rabbinique rendant la justice selon les critères de la halakha.

6Bund – acronyme désignant l’Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, Pologne et Russie. Mouvement syndical et politique juif créé en Lituanie en 1897 entendant conjuguer socialisme et défense d’une autonomie nationale, fondée sur la culture de langue yiddish. Opposé au bolchevisme, et principal rival non religieux du sionisme en Europe de l’Est.

7Dhimma – institution du droit islamique qui garantit aux minorités religieuses un certain nombre de droits privés.

8« Dina demalkhouta dina » – formule araméenne signifiant « la loi du pays et la loi ». Principe rapporté à plusieurs reprises dans le Talmud, au nom de l’amora Rabbi Shmuel. Il s’applique aux « dine mamonot », aux lois relatives aux questions d’argent (droit des affaires, lois civiles et fiscales), et n’a donc rien à voir ni avec l’obligation halakhique de bénir les autorités du pays, ni avec les lois religieuses du pays.

9Eretz-Israel (hébr. « terre d’Israël » ou « pays d’Israël ») – désigne deux notions distinctes : la terre promise par Dieu à Abraham et au peuple juif dans le récit biblique, et les territoires occupés historiquement par les Juifs, jusqu’à la perte de toute souveraineté juive au IIe siècle de l’ère chrétienne.

10Esther – voir megilat Esther.

11Frankisme – mouvement d’obédience sabbatéenne qui a reconnu le messie en Jacob Frank (1726-1791). Celui-ci se présentait comme la réincarnation de Sabbataï Tsevi (1626-1676) et tenta d’élaborer un système fondé sur la kabbale (l’enseignement ésotérique juif) et la doctrine chrétienne de la Trinité.

12Gadol, pl. gdolim (hébr. « grand »), « gdoleï hatorah » – grands de la Torah. Terme qui désigne les autorités rabbiniques orthodoxes (’hassidim ou mitnagdim).

13Gemara – ensemble des commentaires de la mishna, produits par les amoraim. Le Talmud est l’ensemble constitué par la mishna et la gemara.

14Geula – délivrance finale, sortie de l’Exil indissociable de l’attente messianique.

15’Habad – l’un des principaux courants hassidiques, fondé par Rabbi Chnéour Zalman (1745-1812) et ensuite installé à Loubavitch, d’où le second nom de « mouvement Loubavitch ». Le nom de ’Habad vient des initiales des mots ’hokhma, bina et daat, sagesse, discernement, savoir.

16’Hakhamim – manière usuelle de désigner les sages dans la tradition juive.

17Halakha – loi juive.

18’Hared, pl. ’haredim (hébr. « craignant Dieu ») – Juifs ultra-orthodoxes. Jusqu’aux années 1920-1930, l’adjectif ’haredi désigne de façon générique les orthodoxes, opposés ou non au sionisme. Progressivement, le terme désigne les orthodoxes non-sionistes ou antisionistes.

19Haskala, maskil (pl. maskilim) – la haskala est le mouvement de réforme du judaïsme lié aux Lumières et à l’émancipation. Il a aussi eu des répercussions sur l’éducation et la langue ; on appelle maskilim les défenseurs de ce mouvement, auxquels s’opposèrent les orthodoxes.

20’Hassid, pl. ’hassidim (hébr. « pieux ») – Juif orthodoxe s’inscrivant dans l’héritage du vaste mouvement apparu au XVIIIe siècle en Pologne à la suite du Baal Shem Tov (ou par acronyme Besht, le « Maître du bon nom », nom donné à Israël ben Éliezer, vers 1700-1760), et qui se diffusa en Europe orientale, surtout en Pologne et en Biélorussie. Ce mouvement, le ’hassidisme, structuré autour des tzadikim, personnalités charismatiques dotées de pouvoirs thaumaturgiques, est une réaction à une foi conçue de façon formelle et intellectuelle ; le ’hassidisme insiste au contraire sur la ferveur et la proximité avec Dieu. Les fondateurs forment à l’origine de véritables dynasties de maîtres dont les fonctions se transmettent héréditairement, dans une « cour » ’hassidique.

21’Heder (hébr. « pièce », « chambre ») – école élémentaire religieuse pour garçons dédiée à l’étude des textes sacrés juifs.

22’Herem – excommunication. On n’écoute pas les enseignements d’une personne frappée par un ’herem et l’on se tient à distance de lui. Toutefois, depuis les Lumières, le ’herem, qui était encore courant dans les conflits entre hassidim et mitnagdim, n’est plus guère usité.

23Kashrut – de l’adj. kasher, qui signifie « apte », « conforme » (aux prescriptions de la Torah). La kashrut désigne en particulier les lois alimentaires juives : l’ensemble des lois permettant d’établir ce qui peut être utilisé ou consommé dans l’alimentation.

24Loubavitch – voir ’Habad.

25Magid – prêcheur populaire, prédicateur itinérant, conteur.

26Megilat Esther – le « rouleau » d’Esther, nom donné au livre d’Esther dans la Bible.

27Midrash – récit interprétatif pouvant comporter une dimension juridique (midrash halakha) et une dimension de commentaires symboliques (midrash agada). Le midrash suit le texte biblique, produisant ainsi une exégèse directement basée sur le Tanakh, et où la distinction entre halakha et agada est nettement marquée. La rédaction du midrash s’échelonne entre le début du Ve siècle et le XIIe siècle. Elle est le fait de compilateurs le plus souvent anonymes. Notons en outre le sens de midrashim pour désigner les écoles traditionnelles d’enseignement judéo-arabe.

28Millet – cadre au sein duquel les autorités communautaires chrétiennes ou juives de l’Empire ottoman pouvaient s’auto-administrer.

29Mishna, pl. mishnayot – commentaire de la Loi orale, donnée par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï en même temps que la Loi écrite. Ces commentaires, longtemps transmis par la seule tradition orale, furent ensuite mis par écrit quand, après la destruction du Temple, la transmission orale parut menacée. On date de 186 de l’ère chrétienne la clôture de la rédaction de la mishna par Yehuda Hanasi.

30Mitnaged, pl. mitnagdim (hébr. « opposants »), aussi appelés « Lituaniens » – Juif orthodoxe insistant sur la centralité de l’étude dans le judaïsme, opposés au mouvement ’hassidique, et dont le chef spirituel était le Gaon de Vilna, Eliya ben Salomon (1720-1797), parfois appelé le Gra (« Gaon Rabbenou Eliya »), qui, en 1772, prononça un ’herem contre les ’hassidim. L’un de ses disciples créa la yeshiva de Volozhin, prototype de la yeshiva lituanienne.

31Mitzva, pl. mitzvot – précepte donné par Dieu. Selon la tradition rabbinique, la Torah fait référence à 613 mitsvot donnés par Dieu aux enfants d’Israël.

32Néo-orthodoxie – mouvement dont la principale figure est le rabbin Samson Raphaël Hirsch (1808-1888), qui entendait marier le strict respect de l’orthodoxie religieuse avec une intégration dans les sociétés modernes qui renvoyait tant à l’implication dans la cité qu’à l’acquisition d’une culture laïque (c’est le sens du slogan « Torah im derekh eretz », « la Torah avec la voie du monde », référence à la mishna, Pirké Avot, 2, 2).

33Parasha – section de la Torah lue chaque semaine à la synagogue et permettant que toute la Torah soit lue en un an.

34Rebbe – du mot yiddish signifiant « rabbin », « maître » ; désigne le maître, en particulier celui qui dirige une cour hassidique.

35Réforme – voir haskala.

36Sabbataï Tsevi (1626-1676) – Juif de Smyrne, se prétendant le Messie, qui a attiré de nombreux adeptes dans un mouvement appelé le sabbatianisme, et dont l’influence a durablement déstabilisé le monde juif du XVIIe siècle (voir « frankisme »).

37Sefer (hébr. « livre ») – désigne, par excellence, la Bible.

38Shmita – année sabbatique (elle revient donc tous les sept ans), encore respectée aujourd’hui par le monde orthodoxe. Durant l’année de shmita, les terres en Israël ne doivent pas être cultivées et les dettes sont remises aux débiteurs.

39Shtetl – agglomération ou quartier d’Europe centrale et orientale où résidaient de nombreux Juifs.

40Sionisme – à la fois idéologie et mouvement politique nationaliste, ayant pour objectif de doter le peuple juif d’un cadre politique national sur la « terre d’Israël » par l’encouragement de l’émigration des Juifs vers la Palestine, mais se distinguant de l’aspiration religieuse juive du retour à « Sion ». Mouvement dont les institutions sont fondées par Théodore Herzl en 1897, qui crée l’Organisation sioniste mondiale, chargée de mettre en œuvre le programme sioniste.

41Talmud – ensemble constitué par la mishna et la gemara. On distingue entre le Talmud de Jérusalem, écrit vers la fin du IVe siècle, et celui de Babylone, clôturé vers la fin du Ve siècle. Ce dernier est le plus vaste (il compte 37 traités, répartis en 6 « ordres ») et le plus célèbre. La matière talmudique peut être divisée entre la partie halakhique, concernant les lois, et la partie agadique, celle des récits, des paraboles et des considérations éthiques. Cependant, la distinction entre ces deux parties n’apparaît pas dans le texte talmudique, et la halakha peut avoir recours, pour l’élaboration de la Loi, à la agada.

42Tanaïm – sages experts en mishna et qui contribuèrent, au début de l’ère chrétienne, à sa fixation, traditionnellement considérée comme close en 186. Leurs décisions sont discutées par les amoraïm dans la gemara.

43Tanakh – acronyme désignant les trois groupes de livres qui constituent l’ensemble de la Bible juive :Torah (Pentateuque), Neviim (Prophètes) et Ketuvim (écrits).

44Teshuva – repentance, retour d’un Juif à Dieu et à l’observance de ses préceptes.

45Torah – désigne, au sens étroit du terme, les cinq premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutoronome), ensemble également appelé, d’après le mot grec, Pentateuque. Dans un sens plus large, la Torah est l’ensemble des enseignements du judaïsme.

46Tzadik, pl. tzadikim (hébr. « juste ») – le « juste » est l’homme qui accomplit le bien et joue ainsi un rôle fondamental dans ce monde. Dans le ’hassidisme, le mot est employé en un sens proche de celui d’« admour » ou de « rebbe » pour désigner le dirigeant d’un groupe de ’hassidim.

47Yeshiva – académie talmudique, pilier de l’enseignement sacré juif. On distingue la yeshiva, lieu où résident les élèves qui se consacrent exclusivement à l’acquisition du savoir sacré, du beit midrash ou beit hamidrash, simple lieu d’études.

48Yishuv (hébr. « localité », « population ») : communautés juives de Palestine, avant la création de l’État d’Israël. On distingue le « vieux Yishuv », les communautés juives présentes en Palestine avant l’arrivée des sionistes à partir des années 1880 ; et le « nouveau Yishuv », qui rassemble les différents groupes juifs installés en Palestine dans le but de construire un projet politique national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Glossaire », Labyrinthe, 28 | 2007, 125-130.

Référence électronique

« Glossaire », Labyrinthe [En ligne], 28 | 2007 (3), mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/2783 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.2783

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page