Navigation – Plan du site
Dossier : Communauté en pièces : d'Europe, d'Islam et d'ailleurs

Mots de là-bas, savoirs d’ici

Marc Aymes, Jeanne Hersant et Élise Massicard
p. 21-24

Texte intégral

De la Tripolitaine au Hijaz, des Balkans au Caucase: l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle

De la Tripolitaine au Hijaz, des Balkans au Caucase: l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle
  • 1 L’auteur a précisé plus haut que «jusqu’au xviiie siècle le mot société avait lui-même ce sens d’un (...)
  • 2 Raymond Williams, article «Community», dans Keywords. A Vocabulary of Culture and Society, Londres, (...)

xixe siècle […] communauté est devenu le mot généralement employé pour désigner l’expérimentation d’un mode autre de vie en groupe. Cet usage est toujours en vigueur, et a été rejoint, avec un sens plus restreint, par commune (le français commune – la plus petite division administrative – et l’allemand Gemeinde – une division civile et ecclésiastique – ont interagi l’un avec l’autre ainsi qu’avec communauté, et ont également été adoptés par la pensée socialiste (commune en particulier) et par la sociologie (Gemeinde en particulier) afin d’exprimer un type spécifique de relations sociales). Le contraste, exprimé avec une vivacité croissante au xixe siècle, entre les relations de la communauté, plus directes, plus complètes et donc plus riches de sens, et celles, plus formelles, abstraites et fonctionnelles, de l’État ou de la société au sens moderne1,a été durablement formalisé par Tönnies (1887) en tant qu’opposition entre Gemeinschaft et Gesellschaft, de sorte que ces termes sont parfois utilisés aujourd’hui tels quels, sans traduction, dans d’autres langues [ «Sciences sociales: définitions et traditions» ]. […] La complexité de communauté tient donc à la délicate interaction entre les différentes tendances perçues dans son développement historique : d’un côté, le sens d’un engagement commun immédiat ; et de l’autre, exprimant adéquatement ou non ce dernier, la matérialisation de formes variées d’organisation commune. Communauté peut décrire, avec une égale ferveur éloquente, un ensemble existant de relations, ou bien un ensemble de relations qui soit autre2.

  • 3 Non sans ajouter un démenti à l’une de ses conclusions (ibidem, p. 76) : «Le plus important, peut-ê (...)
  • 4 Raymond Williams, Keywords, op. cit., p. 15.
  • 5 Timothy Mitchell, Colonising Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Middle (...)

1Soucieux du sillage tracé par Raymond Williams3, le présent dossier pose en préalable la nécessité d’une interrogation sur les mots clés, le vocabulaire de la communauté : « Vocabulaire, en deux sens : les significations que les mots connus mettent à disposition ou développent […] ; et les liens explicites, mais souvent aussi implicites, qu’établiss[ent] les gens4.»Ainsi, pensons-nous, on se confronte à «certaines de nos bien étranges présomptions5 » concernant le langage et son lien avec la politique :

  • 6 Ibidem, p. 138.

Primo, le propre des mots est d’être clairs, stables et univoques, et plus un mot s’approche de cet idéal, plus son pouvoir est grand. Secundo, observer les mots, c’est étudier quelque abstraction plus grande qu’ils représentent – l’esprit politique, la culture ou le sens d’une certaine communauté6.

2Bref, les mots sont parties prenantes des problèmes posés ici. Problème, d’une part, de l’hétérogénéité notionnelle dont ils s’entourent ; et, d’autre part, de l’effectivité performative dont ils sont capables, faisant advenir des propriétés ou des types réifiés.

3Or, « communauté » peut se dire de bien des manières : on croit la reconnaître sous bien des dénominations. Une multitude de termes existent, qui ont souvent des sens et des connotations différents. Doit-on essayer de les traduire ? Et, d’ailleurs, quels sont les équivalents de la « communauté » du français en turc, en allemand et dans d’autres langues ? La question, on le voit, rejoint un enjeu d’universalité : le savoir de la « communauté » peut-il se donner un vocabulaire non autochtone, peut-il nourrir l’espoir d’une langue… commune ?

4Un préalable s’imposait donc : dire en quels mots de là-bas les savoirs d’ici reconnaissent de la « communauté ». Le lecteur trouvera ci-dessous deux mots clés principaux, dont les usages sillonnent sans cesse nos lointaines contrées de Chypre, de Thrace ou de Turquie. Leur impossible traduction en « communauté » est la raison, dans la suite, de biens des réflexions et contorsions.

Haut de page

Annexe

Millet [mi(l)let]7. – Dans sa version arabe milla, ce terme « se trouve dans le Coran avec le sens de religion8 ». Et cet usage, dénotant l’appartenance religieuse, confessionnelle, a également cours en turc ottoman, langue officielle du pouvoir politique dans l’Orient du xixe siècle: ainsi un administrateur ottoman d’alors, paraphrasant une lettre de l’épiscopat chypriote où il est question du « rite de la religion de Jésus », utilise-t-il l’expression «rite de millet 9». Cependant, communauté (sous-entendu : religieuse) est la traduction de millet plus généralement retenue par les historiens : le mot renvoie avant tout, en effet, au «cadre dans lequel les autorités communautaires [communal] chrétiennes et juives fonctionnaient sous l’administration ottomane10». Ce que d’aucuns appellent un « système de millet » signifie, en somme, l’institutionnalisation d’une autonomie de gestion reconnue à certains groupes confessionnels au sein de l’ensemble politique ottoman11. On aura remarqué qu’il s’agit de groupes non musulmans : ces «communautés de l’Islam » (Islam avec un « i » majuscule désignant, par convention, le monde musulman) ne sont pas des «communautés de l’islam» (de la religion musulmane).
M. A.

Cemaat [djema’at] – Dérivé d’une racine lexicale arabe signifiant le rassemblement, la réunion, le mot désigne avant tout une assemblée de croyants12. En turc moderne, il est apparenté aux termes cami (mosquée), cuma (vendredi, jour de la prière commune à la mosquée), mais aussi cem (principale cérémonie religieuse alévie). Cependant, il n’a pas le même signifié selon qu’on se réfère au contexte turc ou à celui de la Thrace occidentale.
- En Turquie ont été constituées en cemaat les «minorités» non musulmanes citées par le traité de Lausanne (Juifs, Grecs, Arméniens), seules reconnues jusqu’à aujourd’hui. En outre, le mot est parfois utilisé pour désigner le groupe cultuel d’une confrérie.
- Dans le cas de la Thrace occidentale, « cemaat » désigne une institution relativement hermétique à la société grecque majoritaire, prévue pour réguler tous les aspects de la vie sociale, culturelle et cultuelle de la minorité, en gérant les biens immobiliers (par le biais des vakıf ou biens dits de mainmorte), le système scolaire et l’organisation religieuse. Ce sont les muftis (chefs de l’administration religieuse) qui supervisaient le conseil d’administration de la cemaat. La fonction de président de la cemaat était une distinction sociale mais aussi politique, définissant l’interlocuteur des autorités, et le dépositaire de l’autorité publique à l’échelle de la minorité.
E.M., J. H.

Haut de page

Notes

1 L’auteur a précisé plus haut que «jusqu’au xviiie siècle le mot société avait lui-même ce sens d’une relation plus immédiate», dont «communauté» s’est trouvé ensuite investi.

2 Raymond Williams, article «Community», dans Keywords. A Vocabulary of Culture and Society, Londres, Fontana Press, 1988, p. 75-76.

3 Non sans ajouter un démenti à l’une de ses conclusions (ibidem, p. 76) : «Le plus important, peut-être, est que contrairement à tous les autres termes décrivant l’organisation sociale (État, nation, société, etc.), [communauté] semble ne jamais être employé dans un sens péjoratif, ni jamais se trouver à l’opposé ou à l’inverse d’un terme connoté positivement.» Dans le contexte français (à tout le moins) d’aujourd’hui, tel n’est plus le cas.

4 Raymond Williams, Keywords, op. cit., p. 15.

5 Timothy Mitchell, Colonising Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Middle East Library », 1988, p. 137.

6 Ibidem, p. 138.

7 Malgré l’absence de genre en turc, le terme d’origine (en arabe) est féminin, raison pour laquelle il faut dire «la millet ». Il en va de même pour « cemaat ».

8 Bernard Lewis, Islam et Laïcité. La naissance de la Turquie moderne, Paris, Fayard, 1988, p. 293.

9 Archives de la Présidence du conseil (Istanbul), A.MKT. 204/77 (mai-juin 1849): dans le premier document, « âyîn-i dîn-i ‘|seviyye» ; dans le second «âyîn-i milletiyye». La traduction «rite de millet » est très imparfaite, puisqu’elle masque l’emploi de millet comme épithète ici.

10 Benjamin Braude, Bernard Lewis, « Introduction », dans Christians and Jews in the Ottoman Empire. The Functioning of a Plural Society, Londres-New York, Holmes & Meier, 1982, vol. 1 : The Central Lands, p. 12. L’anglais présente cette particularité qu’il peut exprimer du même mot, commune, la communauté et la commune. Cette ambiguïté est néanmoins décidable dès lors qu’il est question de millet.

11 La portée donnée au terme a fait l’objet d’interprétations divergentes et contrastées, dans le détail desquelles il serait déplacé d’entrer ici : voir ibid., et Michael Ursinus, « Zur Diskussion um “millet” im Osmanischen Reich », Südost-Forschungen 48 (1989), p. 195-207.

12 Voir sir James Redhouse, A Turkish and English Lexicon, Istanbul, 1890, p. 674 : « Cema’at :an assembly, company, party, group ; especially, a congregation assembled for religious worship ». Et la version actualisée de cette définition dans le Redhouse Türkçe-|ngilizce sözlük [Dictionnaire Redhouse turc-anglais], Istanbul, Sev, 1998 [17e éd. ; éd. orig. 1968], p. 220 : « Cemaat : 1. congregation, assembly. 2. religious community. 3. crowd ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre De la Tripolitaine au Hijaz, des Balkans au Caucase: l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle
URL http://labyrinthe.revues.org/docannexe/image/899/img-1.png
Fichier image/png, 15k
URL http://labyrinthe.revues.org/docannexe/image/899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://labyrinthe.revues.org/docannexe/image/899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Aymes, Jeanne Hersant et Élise Massicard, « Mots de là-bas, savoirs d’ici », Labyrinthe, 21 | 2005, 21-24.

Référence électronique

Marc Aymes, Jeanne Hersant et Élise Massicard, « Mots de là-bas, savoirs d’ici », Labyrinthe [En ligne], 21 | 2005 (2), mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/899 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.899

Haut de page

Auteurs

Marc Aymes

Marc Aymes achève cette année sa thèse de doctorat d’histoire : « L’Accent de la province. Une histoire des réformes ottomanes à Chypre (première moitié du xixe siècle) », à l’université de Provence (Aix-Marseille I) où il a enseigné ces dernières années. Voyez son site Internet personnel : http://marc.aymes.free.fr
marc.aymes@voila.fr

Articles du même auteur

Jeanne Hersant

Jeanne Hersant est diplômée de l’Institut d’études politiques de Rennes. Après un DEA de sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) sur le réseau associatif des Turcs de Thrace occidentale d’Allemagne et de Grande-Bretagne, elle a passé trois ans en Turquie dans le cadre d’un doctorat de sociologie, en tant que boursière de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. Elle rédige aujourd’hui sa thèse, axée sur la question minoritaire en Thrace occidentale (diaspora, migration clandestine, mobilisation transnationale, stratégie européenne) dans le cadre du nationalisme turc.
jeanne.hersant@voila.fr

Articles du même auteur

Élise Massicard

Élise Massicard est chargée de recherches au CNRS (Ceraps, Lille). Ses travaux portent sur la sociologie politique de la Turquie, les mobilisations migratoires, et la territorialité politique. Elle est membre du comité de rédaction du European Journal of Turkish Studies (http://www.ejts.org). Elle vient de publier L’Autre Turquie. Le Mouvement aléviste et ses territoires, Paris, Puf, 2005.
elise.massicard@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page