Navigation – Plan du site

17 | 2004 (1)
Jacques Rancière, l'indiscipliné

Editorial

Commençons par dire, à la manière de Jacques Rancière,  ce que le dossier que nous présentons dans ce numéro n’est pas. Il n’est pas un passage en revue exhaustif, forcément vide de sens, d’une œuvre en cours, quoique déjà ample ; pas non plus une célébration, qui ferait du philosophe un garant, une sorte de « maître à penser », aux antipodes des présupposés fondamentaux de son travail. Les auteurs du dossier voudraient plutôt proposer une traversée dans son œuvre, une série de réflexions et d’interrogations sur certains de ses traits les plus saillants.

Penseur « indiscipliné », Rancière l’est en deux sens. D’abord parce qu’il défend et pratique le croisement des savoirs : philosophe de formation, élève d’Althusser, son premier ouvrage, La Nuit des prolétaire, véritable travail d’archiviste, ressortirait plutôt de l’histoire. Parti de travaux sur les figures ouvrières et les procédures d’auto-légitimation de la philosophie (Le Philosophe et ses pauvres), il  a poursuivi une réflexion (...) Lire la suite