Navigation – Plan du site

Les fils d’Ariane

p. 6-7

Texte intégral

1Dès le premier numéro, il avait été reproché à Labyrinthe de n’être pas une revue « thématique ». Il s’agissait moins, à vrai dire, d’un véritable reproche que d’une mise en garde :l’athématisme de nos jours ne fait pas recette. En un sens ce n’est pas faux ; ce n’est pas tout à fait vrai non plus, puisque la revue des étudiants-chercheurs, à laquelle on n’accordait, sans malice, qu’une espérance de vie limitée, persiste et prospère.

2L’athématisme, ou plus précisément le plurithématisme de Labyrinthe repose, on le sait, sur la pratique des thèmes filés, fondée sur une arithmétique simple : trois numéros par an, trois thèmes par numéro, trois articles au moins par thème. Pour corser le jeu, on avait pu imaginer un raffinement éditorial supplémentaire : le recours à un « méta-thème », en surplomb des trois massifs thématiques de l’année. Sans céder tout à fait à la séduction de cette formule un peu vaine, il nous est apparu que les trois nouveaux thèmes de l’année 2001, Traduire, Les liens de famille et Mélange des genres, mélange des formes pouvaient s’articuler autour de la notion de limite.

3Mélange des genres, mélange des formes invite clairement à l’exploration des limites de ces catégories formelles que sont les genres. « Les deux muses du poète “épique comique” : Calliope et Thalie dans Joseph Andrews de Henry Fielding » de Baudoin Millet inaugure une enquête sur les modalités de réaménagement des composantes génériques. À sa manière, l’entretien réalisé par Nicolas Darbon avec trois compositeurs contemporains au sujet de l’opéra d’aujourd’hui pose lui aussi la question de l’identité formelle et de ses limites.

4C’est avec les Liens de famille, paradoxalement, que la notion de limite prend tous ses sens : ligne de séparation conceptuelle, zone de marge et point de rupture. Ce numéro propose ainsi un aperçu de l’avant-famille, avec « Les plis de la morale. Sociologie des fiançailles catholiques » de Baptiste Coulmont. Explorant une autre facette de ce thème, Jeanne Pailler, dans le prochain numéro de Labyrinthe, montrera comment, dans l’économie dramaturgique propre à Strindberg, le lien peut se faire aussi fil affectif fragile et chaîne pesante.

5Prendre comme point de départ du thème Traduire l’article de l’historien italien Giovanni Levi, « Les dangers du Geertzisme », qui est une critique des théories de l’anthropologue américain Clifford Geertz, ne surprendra que ceux qui cantonnent cette notion à son acception « littéraire ». Qu’on ne puisse réduire ce fait social à une simple opération linguistique, comme l’illustre l’angle d’approche de Pierre Savy et de David Schreiber, conduit à reformuler, à la limite de la traduction et de l’interprétation, la question de l’interdisciplinarité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les fils d’Ariane », Labyrinthe, 8 | 2001, 6-7.

Référence électronique

« Les fils d’Ariane », Labyrinthe [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 avril 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/814

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page