Navigation – Plan du site
Traduction

Plaute, Les Bacchides scène 5 vers 235-367

Florence Dupont
p. 100-113

Texte intégral

1Il s’agit d’une scène de ruse et de tromperie, scène attendue par le public, où l’esclave principal, qui est maître du jeu, invente une histoire rocambolesque pour détourner l’argent de Nicobule au profit de son fils Mnésiloque qui en a besoin pour payer sa ruineuse maîtresse, la courtisane Bacchis, et la racheter à un soldat qui a loué ses services pour un an.

2La scène est parlée, et non chantée ou dansée, et les acteurs n’utilisent que leur voix, sans jouer physiquement leur rôle. C’est donc un spectacle de mots, comme aujourd’hui certains sketchs de music-hall, ceux de Raymond Devos par exemple. D’où l’importance de la traduction. On a choisi, quand c’était nécessaire, de donner des équivalents contemporains aux réalités antiques : par exemple l’Ionie devient la Turquie.

3Le lecteur reconnaîtra dans cette scène un des modèles probables de la fameuse scène des Fourberies de Scapin, « Qu’allait-il faire dans cette galère ? »

Texte original

4NICOBVLVS senex CHRYSALVS seruus

5NICOBVLVS « Ibo in Piraeum ; uisam ecquaen aduenerit
In portum ex Epheso nauis mercatoria.
Nam meus formidat animus, nostrum tam diu
Ibi desidere neque redire filium.

6CHRYSALVS Extexam ego illum pulchre iam, si di uolunt.
Haud dormitandumst ; opus est chryso Chrysalo.
Adibo hunc, quem quidem ego hodie faciam hic arietem
Phrixi ; itaque tondebo auro usque ad uiuam cutem.
Seruus salutat Nicobulum Chrysalus.

7NICOBVLVS Pro di immortales, Chrysale, ubi mist filius ?

8CHRYSALVS Quin tu salutem primum reddis quam dedi ?

9NICOBVLVS Salue. Sed ubinamst Mnesilochus ?

10CHRYSALVS Viuit, ualet.

11NICOBVLVS Venitne ?

12CHRYSALVS Venit.

13NICOBVLVS Euax ! aspersisti aquam.
Benene usque ualuit ?

14CHRYSALVS Pancratice atque athletice.

15NICOBVLVS Quid hoc qua causa eum hinc in Ephesum miseram ?

16Accepitne aurum ab hospite Archidemide ?

17CHRYSALVS Heu, cor meum et cerebrum, Nicobule, finditur,
Istius hominis ubi fit quomque mentio.
Tum hospitem illum nominas hostem tuum ?

18NICOBVLVS Quid ita, obsecro hercle ?

19CHRYSALVS Quia edepol certo scio,

20Vulcanus, Luna, Sol, Dies, di quattuor, Scelestiorem nullum inluxere alterum.

21NICOBVLVS Quamne Archidemidem ?

22CHRYSALVS Quam, inquam, Archidemidem.

23NICOBVLVS Quid fecit ?

24CHRYSALVS Quid non fecit, quin tu id me rogas ?
Primumdum infitias ire coepit filio,
Negare se debere tibi triobolum.
Continuo antiquum hospitem nostrum sibi
Mnesilochus aduocauit, Pelagonem senem ;
Eo praesente homini extemplo ostendit symbolum
Quem tute dederas ad eum ut ferret filio.

25NICOBVLVS Quid, ubi ei ostendit symbolum ?

26CHRYSALVS Infit dicere
Adulterinum et non eum esse symbolum ;
Quotque innocenti ei dixit contumelias !
Adulterare eum aibat rebus ceteris.

27NICOBVLVS Habetin aurum ? id mihi dici uolo.

28CHRYSALVS Postquam quidem praetor recuperatores dedit,
Damnatus demum, ui coactus reddidit
Ducentum et mille Philippum.

29NICOBVLVS Tantum debuit.

30CHRYSALVS Porro etiam ausculta pugnam quam uoluit dare.

31NICOBVLVS Etiamnest quid porro ?

32CHRYSALVS Em, accipetrina haec nunc erit.

33NICOBVLVS Deceptus sum ; Autolyco hospiti aurum credidi.

34CHRYSALVS Quin tu audi.

35NICOBVLVS Immo ingenium auidi haud pernoram hospitis.

36CHRYSALVS Postquam aurum abstulimus, in nauem conscendimus
Domi cupientes. Forte ut adsedi in stega,
Dum circumspecto, atque ego lembum conspicor
Longum, strigorem, maleficum exornarier.

37NICOBVLVS Perii hercle ; lembus ille mihi laedit latus.

38CHRYSALVS Is erat communis cum hospite et praedonibus.

39NICOBVLVS Adeon me fuisse fungum, ut qui illi crederem,
Quom mi ipsum nomen eius Archidemides
Clamaret dempturum esse, si quid crederem ?

40CHRYSALVS Is lembus nostrae naui insidias dabat.
Occepi ego obseruare eos quam rem gerant.
Interea e portu nostra nauis soluitur.
Vbi portu eximus, homines remigio sequi,
Neque aues neque uenti citius. Quoniam sentio
Quae res gereretur, nauem extemplo statuimus.
Quoniam uident nos stare, occeperunt ratem
Turbare in portu.

41NICOBVLVS Edepol mortalis malos.
Quid denique agitis ?

42CHRYSALVS Rursum in portum recipimus.

43NICOBVLVS Sapienter factum a uobis. Quid illi postea ?

44CHRYSALUM Reuorsionem ad terram faciunt uesperi.

45NICOBVLVS Aurum hercle auferre uoluere ; ei rei operam dabant.

46CHRYSALVS Non me fefellit, sensi ; eo exanimatus fui.
Quoniam uidemus auro insidias fieri,
Capimus consilium continuo ; postridie
Auferimus aurum omne, illis praesentibus,
Palam atque aperte, ut illi id factum sciscerent.

47NICOBVLVS Scite hercle ; cedo, quid illi ?

48CHRYSALVS Tristes ilico,
Quoniam extemplo a portu ire nos cum auro uident,
Subducunt lembum capitibus quassantibus.
Nos apud Theotimum omne aurum deposiuimus,
Qui illic sacerdos est Dianae Ephesiae.

49NICOBVLVS Quis istic Theotimust ?

50CHRYSALVS Megalobuli filius,
Qui nunc in Ephesost Ephesiis carissimus.

51NICOBVLVS Ne ille hercle mihi sit multo tanto carior,
Si me illoc auro tanto circumduxerit.

52CHRYSALVS Quin in eapse aede Dianai conditumst.
Ibidem publicitus seruant.

53NICOBVLVS Occidistis me ;
Nimio hic priuatim seruaretur rectius.
Sed nihilne attulistis inde auri domum ?

54CHRYSALVS Immo etiam ; uerum quantum attulerit nescio.

55NICOBVLVS Quid, nescis ?

56CHRYSALVS Quia Mnesilochus noctu clanculum
Deuenit ad Theotimum, nec mihi credere
Nec cuiquam in naui uoluit, eo ego nescio
Quantillum attulerit ; uerum haud permultum attulit.

57NICOBVLVS Etiam dimidium censes ?

58CHRYSALVS Non edepol scio ;
Verum haud opinor.

59NICOBVLVS Fertne partem tertiam ?

60CHRYSALVS Non hercle opinor ; uerum... uerum nescio.
Profecto de auro nihil scio nisi nescio.
Nunc tibimet illuc naui capiundumst iter,
Vt illud reportes aurum ab Theotimo domum.
Atque heus tu !

61NICOBVLVS  Quid uis ?

62CHRYSALVS Anulum gnati tui
Facito ut memineris ferre.

63NICOBVLVS Quid opust anulo ?

64CHRYSALVS Quia id signumt cum Theotimo, qui eum illi adferet,
Et aurum ut reddat.

65NICOBVLVS Meminero, et recte mones.
Sed istic Theotimus diuesne est ?

66CHRYSALVS Etiam rogas ?
Qui auro habeat soccis subpactum solum.

67NICOBVLVS Quor ita fastidit ?

68CHRYSALVS Tantas diuitias habet !

69Nescit quid faciat auro.

70NICOBVLVS Mihi dederit uelim.
Sed qui praesente id aurum Theotimo datumst ?

71CHRYSALVS Populo praesente ; nullust Ephesi quin sciat.

72NICOBVLVS Istuc sapienter saltem fecit filius,
Cum diuiti homini id aurum seruandum dedit.
Ab eo licebit quamuis subito sumere.

73CHRYSALVS Immo em tantisper numquam te morabitur
Quin habeas illud quo die illuc ueneris.

74NICOBVLVS Censebam me effugisse a uita marituma,
Ne nauigarem tandem hoc aetatis senex.
Id mi haud utrum uelim licere intellego,
Ita bellus hospes fecit Archidemides.
Vbi nunc est ergo meus Mnesilochus filius ?

75CHRYSALVS Deos atque amicos iit salutatum ad forum.

76NICOBVLVS At ego hinc ad illum, ut conueniam quantum potest. —

77CHRYSALVS Ille est oneratus recte et plus iusto uehit.
Exorsa haec tela non male omnino mihi est,
Vt amantem erilem copem facerem filium.
Ita feci, ut auri quantum uellet sumeret,
Quantum autem lubeat reddere, ut reddat patri.
Senex in Ephesum ibit aurum arcessere ;
Hic nostra agetur aetas in malacum modum,
Siquidem hic relinquet neque secum abducet senex
Med et Mnesilochum. Quas ego hic turbas dabo !
Sed quid futurumst, cum hoc senex resciuerit ?
Cum se excucurrisse illuc frustra sciuerit
Nosque aurum abusos, quid mihi fiet postea ?
Credo hercle adueniens nomen mutabit mihi
Facietque extemplo Crucisalum me ex Chrusalo.
Aufugero hercle, si magis usus uenerit.
Si ero reprehensus, macto ego illum infortunio ;
Si illi sunt uirgae ruri, at mihi tergum domist. »

Traduction

78Nicobule sort de sa maison pour aller vers le port voir si son fils Mnésiloque est revenu de Turquie. Ledoré, qui vient de débarquer avec lui, le guettait et l’arrête.

79NICOBULE, vieux LEDORE, esclave

80NICOBULE (aparté). «— Je descends au port pour voir si un navire marchand ne serait pas arrivé de Turquie. J'ai comme un mauvais pressentiment : pourquoi mon fils s'attarde-t-il si longtemps là-bas, pourquoi ne rentre-t-il pas ?

81LEDORÉ (aparté). — Je vais vous le détricoter gaiement, si les dieux sont avec moi. Ce n'est pas le moment de dormir, Ledoré il te faut de l'or.

82Je vais engager la conversation : à l'attaque, il sera mon Jason, l'hom-me à la Toison d'or et je vais lui tondre la laine sur le dos, jusqu'au dernier poil doré.

83Ledoré, esclave, salue son maître Nicobule.

84NICOBULE. — Grands dieux, Ledoré ! Où est mon fils ?

85LEDORÉ. — Comment ? Je te salue et tu ne me réponds pas ?

86NICOBULE. — Salut Ledoré ! mais où est donc Mnésiloque ?

87LEDORÉ. — Il est en vie. Il va bien.

88NICOBULE. — Il ne vient pas ?

89LEDORÉ. — Il arrive.

90NICOBULE. — Ouf, tu m'as rendu la vie. Il n'a pas été malade au moins ?

91LEDORÉ. — Lui ? Une santé de fer ! Un athlète ! Un boxeur !

92NICOBULE. — Et qu'en est-il de l'affaire que je lui avais confiée et pourlaquelle il était parti en Turquie ? Il a bien récupéré l'or que me devait monami Archidémide ?

93LEDORÉ. — Hélas ! (hurlement) J'ai le coeur qui se fend, la tête qui éclate quand on prononce son nom devant moi, ce salopard ! Quand je pense que tu viens de l'appeler ton ami !

94NICOBULE. — Comment ? Parle, bon Dieu, je t'en prie !

95LEDORÉ. — Dieux tout puissants, s'il est une chose dont je suis sûr, c'est que ni le Soleil ni la Lune, ni le Jour ni le Feu, jamais ce quarteron divin n'a brillé pour une plus abominable crapule...
NICOBULE. — Archidémide ?

96LEDORÉ. — Archidémide. Parfaitement.

97NICOBULE. — Mais qu'a-t-il fait ?

98LEDORÉ. — Que n'a-t-il pas fait, plutôt, c'est ce que tu devrais me demander. D'abord il a commencé par contester la dette, il a prétendu à ton fils qu'il ne te devait pas un sou. Mais Mnésiloque a pris à témoin un ancien ami à vous, le vieux Pélagon. Et en présence de ce Pélagon, il a produit à ton bonhomme la reconnaissance de dette que tu lui avais confiée au moment de son départ.

99NICOBULE. — Et alors qu'a-t-il fait quand mon fils lui a montré la reconnaissance de dette ?

100LEDORÉ. — Il a dit que c'était un faux et qu'il ne l'avait jamais vue auparavant. Il l'a traité de faussaire, d'escroc et autres noms d'oiseaux...

101NICOBULE. — Avez-vous oui ou non récupéré la somme ? C'est ce qui m'intéresse.

102LEDORÉ. — Attends ! Le président du tribunal local, après l'avoir condamné, nous a bien attribué des récupérateurs. Il a été forcé de nous payer les douze cents pièces d'or...

103NICOBULE. — C'est exactement ce qu'il devait.

104LEDORÉ — Oui mais attends un peu ! Il a monté un coup.

105NICOBULE. — Ce n'est pas fini ? Qu'est-ce qui s'est passé encore ?

106LEDORÉ. — Il a monté un coup tordu, tu vas voir.

107NICOBULE. — Je me suis vraiment fait avoir. J'ai cru confier mon or à un ami et c'était le roi des voleurs.

108LEDORÉ. — Tu m'écoutes ?

109NICOBULE. — Non, je ne connaissais pas son caractère cupide...

110LEDORÉ. — Donc, nous avons emporté l'or et nous nous sommes embarqués, ayant très envie de rentrer à la maison. Il se trouve que je me reposais sur le pont, regardant le port autour de moi, quand soudain j'aperçois un canot, long et pointu, avec une sale mine, autour duquel on s'affairait pour l'armer.

111NICOBULE. — Cette fois, c'est la fin. Ce canot me donne le mal de mer.

112LEDORÉ. — Le canot appartenait en commun à notre ami Archidémide et à une bande de pirates...

113NICOBULE. — Il faut être né de la dernière pluie pour faire confiance à un type qui s'appelle Archidémide. C'était écrit qu'il allait m'archidé-pouiller si je lui prêtais quoi que ce soit à cet archivoleur !

114LEDORÉ. — Le canot avait le projet d'aborder notre navire par surprise. Je me mis à guetter leurs façons de faire. Pendant que notre navire appareille pour quitter le port, ils nous suivent à la rame, ils filaient comme le vent, des oiseaux de mer ! Comme je comprends leur manège, aussitôt je fais mettre en panne. Et eux comme ils voient que nous n'avançons plus, ils font des ronds dans le port.

115NICOBULE. — Grands dieux, les salopards ! Et vous qu'avez-vous fait finalement ?

116LEDORÉ. — Nous sommes rentrés.

117NICOBULE. — Vous avez agi sagement. Et eux ?

118LEDORÉ. — Eux, ils sont revenus à terre, le soir tombé.

119NICOBULE. — C'est sûr, ils voulaient s'emparer de l'or. Voilà la seule explication à leur sortie en mer.

120LEDORÉ. — Cela ne m'a pas échappé, moi aussi je l'ai compris ainsi. J'étais désespéré. Mais comme nous voyons qu'ils veulent nous voler l'or, nous changeons sur le champ de programme et le lendemain nous sortons tout l'or du navire, sous leurs yeux, ouvertement, ostensiblement, pour qu'ils soient bien au courant de la situation.

121NICOBULE. — Bien. Mais, dis-moi, et eux ?

122LEDORÉ. — Ils faisaient la pâle gueule et dès qu'ils voient que nous emportons l'or et quittons le port, ils tirent le canot à terre en s'arrachant les cheveux. Quant à nous, nous avons déposé l'or chez Théotime, le grand prêtre de Diane, à Éphèse.

123NICOBULE. — Qui est ce Théotime ?

124LEDORÉ. — Le fils de Mégalobule, l'homme le plus populaire d'Éphèse, là-bas les gens l'adorent.

125NICOBULE. — Pourvu que lui n'adore pas trop mon or et qu'il n'aille pas le détourner à son tour.

126LEDORÉ. — Comment veux-tu ? L'or est enfermé dans le temple de Diane, un bâtiment public, et là, il est sous la protection de l'État.

127NICOBULE. — Tu me tues. Il serait bien mieux, ici, privatisé et sous ma protection. Mais vous n'avez donc rien rapporté ici ?

128LEDORÉ. — Si, nous en avons rapporté un peu, mais combien, je ne sais pas.

129NICOBULE. — Comment, tu ne sais pas ?

130LEDORÉ. — Parce que Mnésiloque est allé secrètement une nuit chez Théotime ; il n'a rien dit à personne, ni à moi ni à quiconque de l'équipage, c'est pourquoi j'ignore ce qu'il a emporté ; mais ce n'est pas grand chose.

131NICOBULE. — La moitié, tu crois ?

132LEDORÉ. — Je ne sais pas. La moitié ?... Non, sûrement pas.

133NICOBULE. — Le tiers, alors ? Il a bien rapporté le tiers de la somme ?

134LEDORÉ. — Non, je ne crois pas. Mais... mais... non, je ne sais pas. Assurément, pour tout dire, de cet or, je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien. Maintenant, je pense qu'il faut que tu t'embarques et que ce soit toi qui ailles chercher l'or chez Théotime pour le rapporter à la maison. Holà ! Attends !

135NICOBULE. — Quoi ? Que veux-tu ?

136LEDORÉ. — L'anneau de ton fils, n'oublie pas de l'emporter !

137NICOBULE. — Son anneau ? Pour quoi faire ?

138LEDORÉ. — Parce que c'est le signe convenu avec Théotime ; il donnera l'or à celui qui aura cet anneau avec lui.

139NICOBULE. — Je n'oublierai pas. Tu as bien fait de me prévenir. Mais ce Théotime, il est riche ?

140LEDORÉ. — Tu me demandes s'il est riche ? Il s'essuie les pieds sur des paillassons dorés.

141NICOBULE. — Pourquoi tant de mépris pour l'or ?

142LEDORÉ. — Il est si riche, il ne sait plus qu'en faire.

143NICOBULE. — Je préférerais qu'il me le donne. Mais qui était présent quand on a remis l'or à Théotime ?

144LEDORÉ. — Le peuple était là ; tout le monde à Éphèse est au courant.

145NICOBULE. — Sur ce point-là du moins mon fils a agi sagement. Il a bien fait de confier l'or en dépôt chez un homme riche. Il nous laissera le reprendre dès qu'on voudra.

146LEDORÉ. — Absolument, il ne te fera pas attendre ; dès ton arrivée tu auras la somme.

147NICOBULE. — Je croyais en avoir fini avec les voyages en bateau, naviguer à mon âge ! Mais j'ai bien compris que je n'avais pas le choix. Le joli coco que mon ami Archidémide !

148À l'heure qu'il est, où est mon fils Mnésiloque ?

149LEDORÉ. — Il est allé au forum, présenter ses devoirs aux dieux et à ses amis.

150NICOBULE. — Moi aussi j'y vais, pour le rejoindre au plus vite. (Il sort)

151LEDORÉ. — Je l'ai complètement entortillé dans mes histoires et il n'est pas près de s'en dépêtrer. Il faut dire que mon intrigue n'est pas mal tissée. Le fils de mon maître a de quoi maintenant entretenir ses amours. Il va avoir de l'or à la pelle. Il ne rendra à son père que ce qu'il voudra bien lui rendre. Quant au vieux il va partir à Éphèse pour récupérer son or. Et nous ici, on se la coulera douce, si du moins il nous laisse ici et n'imagine pas de nous emmener avec lui, Mnésiloque et moi. On va faire une de ces javas !

152Mais que se passera-t-il quand le vieux rentrera ? Quand il se sera aperçu qu'il était parti en Turquie pour rien et que nous avons dépensé l'or, que m'arrivera-t-il à moi ? Je crois qu'à son retour il me fera changer de nom et que Ledoré va devenir Lécorché. Je m'enfuirai si c'est la seule solution. Et si je suis repris, je le maudirai par tous les diables. Il peut élever des martinets dans ses fermes, ici, en ville on a des tanneurs qui nous font des dos durs comme de la corne.

153Maintenant je vais y aller, pour donner le mode d'emploi de cette histoire d'or au fils de mon maître et lui apprendre que sa maîtresse Bacchis est retrouvée. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Dupont, « Plaute, Les Bacchides scène 5 vers 235-367 », Labyrinthe, 3 | 1999, 100-113.

Référence électronique

Florence Dupont, « Plaute, Les Bacchides scène 5 vers 235-367 », Labyrinthe [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 07 février 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/68 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.68

Haut de page

Auteur

Florence Dupont

Florence DUPONT est Professeur à Paris VII et à Paris III. Chercheur au Centre Louis Gernet (URA 884), elle est Directeur de programme au Collège International de Philosophie. Elle a traduit notamment Le Théâtre de Sénèque (2 vol.), Imprimerie nationale, 1990-1991.

Haut de page

Droits d’auteur

Traduction inédite Florence Dupont, Paris III. Tous droits réservés.

Haut de page