Navigation – Plan du site
Dossier - Comme les abeilles

Maeterlinck et les abeilles

Lætitia Mouze
p. 99-102

Texte intégral

1Maeterlinck (1862-1949), natif de Gand et mort à Nice, a commencé comme poète, publiant dans des revues dans les années 1880. Son recueil Serres chaudes est paru en 1889. Dans les 1880-1890, il découvre l’idéalisme allemand – Hegel, Schopenhauer –, le mystique flamand Jean de Ruisbroek (xive siècle), qu’il a traduit, et Novalis. Puis, il écrit quelques pièces : la première est La Princesse Malein (1890). D’autres pièces ont suivi : Pelléas et Mélisande, la plus connue, la féérie de 1908 L’Oiseau bleu, qui est extrêmement célèbre, et d’autres encore comme L’Intruse, Les Aveugles, etc. Le troisième volet de son œuvre (après la poésie et le théâtre), ce sont les essais : Le Trésor des humbles, La Sagesse et la destinée ou encore Le Double Jardin. Et là-dedans s’intercale en 1901 La Vie des abeilles, ouvrage de philosophie de la nature, ouvrage scientifique. Maeterlinck a lui-même une pratique d’apiculteur. Un peu plus tard viennent L’Intelligence des fleurs (en 1907) et beaucoup plus tard La Vie des termites et La Vie des fourmis.

2Le lien de tout cela, de cette œuvre éclatée, c’est le symbolisme. Du symbolisme, il n’y a pas, dit-on, de définition unique. Une définition en a été donnée, que cite Bertrand Delvaille dans La Poésie symboliste (1971). Cette définition, c’est la réponse de Mallarmé à une enquête littéraire, à la fin du xixe siècle :

La contemplation des objets, l’image s’envolant des rêveries suscitées par eux, sont le chant : les Parnassiens, eux, prennent la chose entièrement et la montrent : par là ils manquent de mystère ; ils retirent aux esprits cette joie délicieuse de croire qu’ils créent. Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d’âme, ou, inversement, choisir un objet et en dégager un état d’âme, par une série de déchiffrements.

  • 1 Dans sa préface au recueil Serres chaudes (Paris, Gallimard, 1983), Paul Gorceix cite une phrase de (...)

3Cette définition par Mallarmé convient assez bien au symbolisme de Maeterlinck qui, pour Paul Gorceix, spécialiste de Maeterlinck, s’enracine dans la croyance de ce dernier en l’unité de toutes choses1. S’il y a symbolisme, c’est d’abord non pas pour des raisons formelles ou stylistiques, mais pour des raisons de fond, de conception de la nature.

4La Vie des abeilles prend place dans cet œuvre de Maeterlinck – poésie, théâtre, essais –, loin de se séparer de cet ensemble. Elle n’est pas un hapax, une parenthèse dans l’ensemble : elle est insérée à l’intérieur et elle participe d’un projet unique.

Haut de page

Annexe

L’amour piqué par une abeille

Le petit enfant Amour
Cueillait des fleurs à l’entour
D’une ruche, où les avettes
Font leurs petites logettes.

Comme il les allait cueillant,
Une avette sommeillant
Dans le fond d’une fleurette
Lui piqua la main douillette.

Sitôt que piqué se vit,
« Ah, je suis perdu ! » ce dit,
Et, s’en courant vers sa mère,
Lui montra sa plaie amère ;

« Ma mère, voyez ma main,
Ce disait Amour, tout plein
De pleurs, voyez quelle enflure
M’a fait une égratignure ! »

Alors Vénus se sourit
Et en le baisant le prit,
Puis sa main lui a soufflée
Pour guérir sa plaie enflée.

« Qui t’a, dis-moi, faux garçon,
Blessé de telle façon ?
Sont-ce mes Grâces riantes,
De leurs aiguilles poignantes ?

- Nenni, c’est un serpenteau,
Qui vole au printemps nouveau
Avecques deux ailerettes
Ça et là sur les fleurettes.

- Ah ! vraiment je le connois,
Dit Vénus ; les villageois
De la montagne d’Hymette
Le surnomment Mélissette.

Si doncques un animal
Si petit fait tant de mal,
Quand son alène époinçonne
La main de quelque personne,

Combien fais-tu de douleur,
Au prix de lui, dans le cœur
De celui en qui tu jettes
Tes amoureuses sagettes ?

Ronsard, Odes, 16, livre IV, 1550.

Haut de page

Notes

1 Dans sa préface au recueil Serres chaudes (Paris, Gallimard, 1983), Paul Gorceix cite une phrase de Maeterlinck dans Le Sablier : « Matière, esprit, c’est de l’eau bleue ou de l’eau rouge, la couleur diffère, mais c’est toujours de l’eau. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lætitia Mouze, « Maeterlinck et les abeilles », Labyrinthe, 40 | 2013, 99-102.

Référence électronique

Lætitia Mouze, « Maeterlinck et les abeilles », Labyrinthe [En ligne], 40 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/4322 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.4322

Haut de page

Auteur

Lætitia Mouze

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page