Navigation – Plan du site
Dossier - L'éloquence des singes

La grande scène des primates

Laurent Dubreuil
p. 81-102

Notes de la rédaction

Le début de cet article se situe par l’expérience d’une expérience, et mon premier séjour avec Sue Savage-Rumbaugh et ses collaborateurs. Le plus large propos, qui suit mon enthousiasme et mes doutes vis-à-vis d’une œuvre géniale et hors-normes, est bien de réfléchir sur ce théâtre physique et métaphysique, où nous demeurons, acteurs animaux dotés de la parole, accompagnés d’autre bêtes animées, plus ou moins loquaces. Travaillant depuis des années dans les replis et les failles des disciplines discursives, en particulier la philosophie et les sciences dites humaines, ou à même la littérature, je me suis engagé depuis peu sur un terrain plus scientifique. La raison avouée de cet autre voyage (le problème du langage, vu par la connaissance positive, expérimentale, et formelle) a fait de moi bizarrement le membre d’un centre d’études cognitives (à Cornell). Ici, j’essaie de jouer de ces perspectives différentes dans la poétique de mon texte, dont le récit réflexif et théorique est entrecoupé de notes, de fragments d’hypothèses formulées en vue du logos.
L.D.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Peut-être que je devrais commencer par cette scène. Je me retrouve avec des inconnus dans le grand hall intérieur d’un bâtiment aux aspects brutalistes. En face de nous se situe l’autre partie de la construction, rendue visible par de longues baies vitrées, et où réside une famille. Lorsqu’à l’automne 2010, je suis en ce lieu, à attendre pour la première fois ce qui est clairement mis en scène comme une apparition, je connais bien les différents acteurs par des livres et des films, je n’ai pas encore d’idée exacte sur le plan de ce laboratoire. Pour parvenir ce matin-là à ce qui s’appelle officiellement un trust – le terme américain, en plus de l’évidente dénotation d’un type d’entreprises, a gardé sa relation à la confiance, à la foi placée en quelques élus pour diriger un collectif —, à ce qui se nomme, avec ambiguïté, le Trust des grands singes, j’ai dû prendre un taxi depuis le centre de la petite capitale de l’état rural qu’est l’Iowa, nommée «  Des Moines  ». Comme cela m’arri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dubreuil, « La grande scène des primates », Labyrinthe, 38 | 2012, 81-102.

Référence électronique

Laurent Dubreuil, « La grande scène des primates », Labyrinthe [En ligne], 38 | 2012 (1), mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://labyrinthe.revues.org/4249

Haut de page

Auteur

Laurent Dubreuil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page