Navigation – Plan du site
Dossier - L'éloquence des singes

Essai de sémantique simiesque

Apes and Monkeys. Their Life and Language
Richard Lynch Garner
Traduction de Grégoire Leménager et Laurence Marie
p. 11-25

Notes de la rédaction

Richard Lynch Garner (1848-1920), Américain à la fois naturaliste, chasseur, explorateur, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les systèmes­ de communication vocale parmi les primates, où figurent Apes and Monkeys, dont nous traduisons ici des extraits en français pour la première fois. Garner ne fut pas un grand savant, mais, en posant l’hypothèse de ce qu’il nommait une «  langue simiesque  », il chercha à isoler des sons signifiants émis par les singes, à les noter, et les tester. Garner fut en effet le premier à éprouver la possible portée sémantique d’appels réalisés par des singes en enregistrant ces vocalisations avec un phonographe et en les jouant à d’autres animaux, en vue d’établir la compréhension du signal. Par sa démarche, plus que par ses résultats, Garner est un pionnier, préfigurant des expériences commencées dans les années 1970, et qui s’attachent à identifier des «  mots  », voire une syntaxe, parmi les cris que profèrent les singes dans leur milieu naturel1. Il est également le contemporain d’essais en psychologie, qui, repartant d’idées anciennes, essaieront d’enseigner le langage humain à des grands singes. Ces deux types d’enquêtes forment le cœur du présent dossier.
L.D.

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Grégoire Leménager et Laurence Marie

Texte original: Apes and Monkeys. Their Life and Language. Boston & Londres, Ginn & Company, 1900, p. 12-23 et 108-116.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

I
II

Aperçu du texte

I

J’ai grandi au milieu des collines bleues et des lacs cristallins des Appalaches, loin de l’artifice des grandes métropoles : je vivais dans des conditions plus primitives, moins compliquées que dans l’effervescence des zones très peuplées. La nature fut mon premier professeur et les animaux domestiques mes premiers compagnons. Ma jeunesse s’écoula dans ce cadre et c’est là que je conçus pour la première fois l’idée que les animaux parlent. Enfant, je croyais que tous les animaux d’une même espèce pouvaient se comprendre. Et je me rappelle de nombreuses circonstances où ce fut clairement le cas.

Les adultes disaient que les animaux savaient communiquer entre eux, mais leur déniaient la capacité de parler. Or, le petit garçon que j’étais s’accrochait fermement à l’idée que les sons émis par les animaux constituaient une parole. Je me pose d’ailleurs encore la question aujourd’hui : en quoi ne constituent-ils pas une parole ? Cette question en appelle une autre.

Qu’est-ce que la parole...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Lynch Garner, « Essai de sémantique simiesque », Labyrinthe, 38 | 2012, 11-25.

Référence électronique

Richard Lynch Garner, « Essai de sémantique simiesque », Labyrinthe [En ligne], 38 | 2012 (1), mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://labyrinthe.revues.org/4240

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page