Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Labyrinthe poursuit son nouveau chemin, non dépourvu d’embûches et de fausses pistes ; la recherche sur le dire de la recherche, ce souci épistémique et poétique qui est de plus en plus le nôtre, a pour conséquences quelques surprises, belles ou moins bonnes, et surtout beaucoup d’essais, de tentatives, qui peuvent nous ralentir. Dès que nous voulons aller hors du sol bien connu, et mener avec nous des auteurs que nous aimons et apprécions, nous devons nous attendre à attendre. Mais quoi qu’il arrive, nous avançons, et construisons notre parcours.

2Ici et maintenant, d’abord : partis du « Petit Théâtre Intellectuel » (qui, selon de multiples échos à nous parvenus, et pour notre plus grande joie, a suscité un intérêt appuyé, si ce n’est plus, chez un grand nombre de lecteurs), à peine revenus d’une livraison de « Patates chaudes » encore fumantes, nous voici à présent face au « Système ». « Comment peut-on être systématique ? » : depuis presque deux ans, un groupe constitué autour d’Élodie Cassan s’est posé la question, travaillant en profondeur la notion de système, plus particulièrement au XVIIIe siècle, tout en tâchant de faire le lien avec des théories contemporaines sur la connaissance. Un tel dossier n’est pas sans faire écho avec celui du numéro 14 sur « Les Constructions de la raison » bien que l’axe soit ici presque à l’opposé. Nous espérons que nos lecteurs sauront apprécier ce voyage au temps de l’Encyclopédie et y puiser matière à réflexion ; le texte de présentation du dossier leur fournira les clés principales pour y pénétrer, l’entretien avec André Charrak complétant cette perspective rationnelle.

3Quant à l’avenir : nous parlions de chemin et de sol ; or nous sommes justement lancés dans plusieurs essais, qui chacun considèrent des territoires singuliers. Le premier serait une réflexion sur les usages polyvalents de la catégorie d’empire, à la manière peut-être d’un reader ou d’une anthologie pour un concept franchement proliférant, aussi séduisant qu’il est insaisissable. Un deuxième chantier en cours, moins exotique, mais non moins urgent, un peu dans la suite du « théâtre intellectuel », tente de cerner les discours contemporains de l’Anti-France et ceux qui y résistent. Nous avons là en vue comme un parcours narratif, ou plutôt un récit théorique, liant entre eux les étapes, les analyses d’un sentiment de malaise vis-à-vis de « La France » — ou de ceux qui lui « tapent » dessus, comme le disait un Pierre Guyotat il n’y a pas si longtemps. Enfin, dernier rivage vers lequel nos yeux se portent : la Grèce. Plus exactement, nous lançons une enquête sur les appropriations de la matière grecque dans la pensée contemporaine, et au-delà, qui pourrait prendre l’apparence de positions, de questions-réponses, voire de dialogues socratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial », Labyrinthe, 34 | 2010, 7-8.

Référence électronique

« Éditorial », Labyrinthe [En ligne], 34 | 2010 (1), mis en ligne le 18 février 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/4063

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page