Skip to navigation – Site map
Dossier - Comment peut-on être systématique ?

Esprit systématique et esprit de système

Full text

1Qu’ils soient ordinaires ou savants, les usages actuels d’un mot-valise aussi chargé que celui de “ système ” ne sont guère mélioratifs aujourd’hui. Synonyme de dogmatisme et d’étroitesse d’esprit dans un cas, de prétention totalisante déplacée, surannée voire dangereuse dans l’autre, le système est aisément renvoyé à des formes d’idéologies closes et statiques éloignées du réel (le “ marxisme ”, le “ positivisme ”), ou à des conceptions naïvement encyclopédistes du savoir. Cette prétention du savant à absorber le monde dans la vérité de son savoir totalisant, de logiciser entièrement le réel, est précisément ce qui a été mis à mal au cours du XXe siècle, marqué par la dé-totalisation et la valorisation du fragmentaire, le critique des notions de vérité et d’objectivité.

2Mais c’est à ce point qu’un paradoxe à la fois historique et philosophique doit être soulevé. Quelle place, effet, accorder aux systèmes du savoir élaborés au XVIIIe siècle, à la fois à la fois dans leur étonnant foisonnement et dans toute la profondeur de la réflexion épistémologique que ce siècle a consacré à la notion de système. Car les Lumières firent système de tout : du monde, des plantes, de la société, de tout le savoir lui-même – emporté qu’il fût dans son élan encyclopédiste et sa passion de la connaissance.

  • 1  Martin Heidegger, Schelling. Le traité de 1809 sur l’essence de la liberté humaine, Paris, Gallima (...)

3 Il convient dès lors de revenir sur l’usage du terme de système en philosophie dans des syntagmes aussi courants que “ système du monde ” et “ système des connaissances ”, où système renvoie à la fois à une saisie de l’être dans sa totalité et à une méthode d’engendrement et d’exposition des connaissances : ne correspond-il pas, tout d’abord, à une époque révolue de l’histoire de la philosophie, qui court de la révolution scientifique du XVIIe siècle à la première moitié du XIXe siècle ? Selon Heidegger1, d’un côté, l’exigence mathématique de certitude qui voit le jour chez des auteurs tels Descartes ou Spinoza, qui prétendent appréhender le tout de la réalité par le truchement de concepts et de raisonnements empruntés à la géométrie, ne traduit qu’une volonté de maîtriser le réel changeant, en le réduisant de façon illégitime à une structure figée et immobile. D’un autre côté, la fascination exercée par le pouvoir créateur de la raison humaine sur l’idéalisme allemand procèderait moins de l’œuvre de science faite par la raison, dans ses tentatives d’unification du réel, que de la capacité de cette faculté à fabriquer, sous couvert de métaphysique, des fictions propres à légitimer une position centrale de l’homme au sein d’une nature comprise comme un ensemble de lois et de régularités. D’où, chez de nombreux philosophes contemporains, de Nietzsche à Derrida, en passant par Bergson et les théoriciens de l’École de Francfort, la double décision de refuser le système et de constituer ce refus en dessein philosophique.   

  • 2  Max Horkeimer et Theodor Adorno, “ Le concept d’ “ Aufklärung ” ”, La dialectique de la raison, Pa (...)
  • 3  Ibidem, p. 41.

4Ensuite, par-delà les reconfigurations récentes de ce champ qu’est la philosophie, par rapport auxquelles la désaffection affichée à l’égard de la forme systématique vaudrait comme un indice, n’est-ce pas surtout l’ambition totalisante impliquée par le recours à la notion de système dans le domaine des savoirs qui pose problème ? L’articulation entre les notions de système et de totalité, voire de totalitarisme, est, à bien des égards, topique. Relier système et totalité, opération qui connaît une première formulation sous la plume d’Adorno et Horkeimer, qui interprètent le projet baconien de redétermination des règles à suivre pour connaître la nature comme l’expression d’une terreur de la raison face à tout ce qu’elle ne peut ni contrôler ni réduire à du connu, revient à dire que la promotion de la raison face à l’irrationalisme et à la superstition, caractéristique du XVIIIe siècle, est le fondement théorique d’une organisation du monde social visant à garantir la domination des plus faibles et l’aliénation de tous. Non seulement “ la Raison se comporte à l’égard des choses comme un dictateur à l’égard des hommes : il les connaît dans la mesure où il peut les manipuler ”2, mais, de manière générale, “ la Raison est plus totalitaire que n’importe quel système. ”3

  • 4  On pense ici notamment à Jurgen Habermas, Le Discours philosophique de la modernité. Douze confére (...)

5Cette critique du système entendu comme totalité semble reconduire le siècle des Lumières à n’être qu’un moment sombre de l’histoire de l’humanité, dont il faudrait remettre en cause l’héritage. Elle se trouve en ce sens à l’arrière-plan de nombreuses enquêtes critiques sur les fondements de la modernité4, et elle constitue également un présupposé méthodologique à partir duquel se sont déployées différentes disciplines relevant des sciences humaines tout au long du XXe siècle. Aussi, par exemple, la théorie des systèmes de Niklas Luhmann, située dans le champ de la sociologie de l’organisation, correspond-elle au projet d’abandonner toute tentative de saisie du monde comme un tout, au profit d’une compréhension du monde en termes de réseau d’observations croisées, non hiérarchiques, qu’on ne saurait unifier en une observation totalisée. Mais il n’est pas dit pour autant que la systématicité des Lumières se réduise à l’expression d’une raison totalisante, voire totalitaire.

  • 5  “ Refaire les Lumières ”, Esprit, 8-9, août-septembre 2009.

6Par une telle affirmation, nous ne souhaitons pas opposer à la représentation des Lumières comme la fille d’un rationalisme devenu fou, la légende dorée d’un siècle des Lumières, marqué par une foi dans le progrès et les réalisations indissociablement théoriques et pratiques de la raison. Le problème n’est, en effet, ni de se débarrasser des Lumières ni de “ refaire les Lumières ”5. A cette alternative dénuée de sens à nos yeux, ne serait-ce que parce qu’on ne saurait ni effacer ni faire renaître une période de l’histoire moderne qui, tout en n’étant plus, reste présente par les traces qu’elle a laissées dans la culture, on voudrait substituer une lecture critique des Lumières. Celle-ci, loin d’être prisonnière de dualismes tel que l’opposition empirisme/rationalisme, mettra l’accent sur la diversité des motifs qui ont poussé les savants des Lumières à la recherche de renouveau dans les sciences et sur la diversité des formes prises par ces tentatives de reconfiguration. C’est pourquoi, en lieu et place des généalogies hâtives des Lumières, ce présent dossier entend restituer une intelligence du système et de l’esprit qui l’anime en redonnant voix aux usages philosophiques et conceptuels propres à un riche corpus qui ne saurait, lui, se laisser totaliser, et débordera toujours le prêt-à-penser anachronique  qui a si longtemps occulté la fécondité de ce qui se révèle bien être le siècle des systèmes.

  • 6  Voir l’article d’Arnault Skornicki dans la présente livraison.

7Notre hypothèse est en effet la suivante. Il est bien établi que le XVIIIe siècle rompt avec les grandes métaphysiques abstraites et totalisantes du XVIIe siècle, au profit d’une démarche expérimentale plus lucide sur les limites de la connaissance humaine. De cette rupture, la notion de système sert de témoin. Du Traité des systèmes de Condillac au Discours préliminaire de l’Encyclopédie de d’Alembert, on oppose en effet à un “ esprit de système ”, formaliste, un “ esprit systématique ”, qui procède à une étude réfléchie des phénomènes et construit les principes à partir desquels il raisonne en se confrontant aux faits. Pourquoi les dénonciations des systèmes abstraits supposés régler la science avant l’application effective de l’entendement aux différents objets de l’expérience, ne donnent-elles pas lieu à une rupture avec l’idée même de système ? Parce que la mise en cause du dogmatisme et des réponses trop rapides ne saurait dispenser d’une recherche de conséquence dans la pensée, à partir de principes dont la solidité a été éprouvée. Parce que l’ “ envie de système 6 de la raison connaissante, loin d’être un caprice, relève d’une nécessité d’ordre logique et épistémologique.

8C’est dans cette perspective que s’inscrivent l’ensemble des textes du présent dossier. Ces textes, fruits d'un travail collectif et interdisciplinaire qui a duré toute une année, ne constituent ni des contributions à une étude du XVIIIe siècle réservée à un public de spécialistes, ni des articles de vulgarisation. Etudiant pour la majeure partie d’entre eux les reconfigurations des sciences et des arts autour de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, ils montrent que celles-ci sont indissociables d’interrogations d’ordre méthodologique et métaphysique sur la nature de ce pôle unificateur des connaissances qu’est l’esprit (“ Systèmes des connaissances et système du monde ”). Ils établissent également que ces nouvelles mises en système ne concernent pas seulement les sciences de la nature, mais touchent également les sciences de l’homme et de la société (“ Système et société ”). En examinant les réélaborations de l’idée de système au siècle des Lumières, ils font voir enfin qu’un système du savoirest d’autant plus solide que son auteur est conscient des limites de ce système (“ Rationalité et systématicité ”).

9L’ensemble de ces éléments permet une prise de distance par rapport aux affirmations contemporaines de la dangerosité pour la pensée de la mise en système, qui est propice à la réflexion. Il contribue de la sorte à mettre ces thèses en perspective et à montrer qu’elles ne sont qu’une variation nouvelle sur le problème très ancien de savoir comment produire des connaissances certaines et comment progresser dans le savoir.

Top of page

Notes

1  Martin Heidegger, Schelling. Le traité de 1809 sur l’essence de la liberté humaine, Paris, Gallimard, 1993, traduit par Jean-François Courtine, p. 48 et sq.

2  Max Horkeimer et Theodor Adorno, “ Le concept d’ “ Aufklärung ” ”, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, Tel, 1974, traduit par Eliane Kaufholz, p. 27.

3  Ibidem, p. 41.

4  On pense ici notamment à Jurgen Habermas, Le Discours philosophique de la modernité. Douze conférences, traduit par Christian Bouchindhomme et Rainer Rochlitz, Paris, Gallimard,1988.

5  “ Refaire les Lumières ”, Esprit, 8-9, août-septembre 2009.

6  Voir l’article d’Arnault Skornicki dans la présente livraison.

Top of page

References

Electronic reference

« Esprit systématique et esprit de système », Labyrinthe [Online], 34 | 2010 (1), Online since 18 February 2010, connection on 21 November 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/4051 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.4051

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page