Navigation – Plan du site
Dossier - Le petit théâtre intellectuel
Acte II : Portraits

Sabina Guzzanti, ou La Scandaleuse opiniâtre

Renaud Pasquier
p. 89-92

Texte intégral

L’Italie fait depuis toujours grand cas de ses humoristes, fantaisistes, et autres amuseurs : de la scène aux écrans (grand et petit), leur succès n’a jamais faibli, et va même croissant avec l’essor de l’industrie du divertissement. Naturellement enclins à l’impertinence, voire à la contestation (songeons au Prix Nobel Dario Fo), ils ont pris une dimension politique nouvelle au début de ce siècle, en conséquence – émettons du moins l’hypothèse – d’une circonstance historique singulière : le règne ininterrompu depuis quinze ans (sinon sur l’étroit plan gouvernemental) d’un homme pour qui l’humour est une arme essentielle, dont il n’hésite pas à faire usage en toute occasion (vitupérant contre ceux qui ne goûtent pas ses subtiles saillies), mais dont il déteste devenir la cible, agissant en conséquence avec les moyens à sa disposition pour châtier les insolents. Parmi une foule d’exemples, on en distinguera deux.

1Le cas de Sabina Guzzanti est exemplaire et éloquent. Comique populaire, imitatrice de talent (tout comme son frère Corrado), elle est longtemps marquée à gauche sans plus de précision (elle est fille d’un sénateur de Forza Italia, anciennement de gauche, une sorte de Renégat), appréciée car spirituelle et mordante, mais avec retenue. Cette modération disparaît avec le siècle, et avec l’émission R(a)iot, retirée de l’antenne après une seule édition, où elle s’attaque avec violence à la collusion entre dirigeants politiques (en premier lieu le Président du Conseil, mais elle n’épargne aucun des deux grands blocs politiques) et pouvoir économique, aux limites imposées à la liberté d’expression et au climat de censure régnant en Italie (dont est victime au premier chef le très polémique Daniele Luttazzi, qui avait aussi sa place dans ce Petit Théâtre, en tant que praticien et théoricien de la satire politique). Viva Zapatero, le documentaire issu de l’expérience R(a)iot, s’interroge sur le statut des Comiques, leur fonction, leur situation à l’aide d’une enquête et d’entrevues menées dans différents pays. Ainsi Guzzanti élabore-t-elle son personnage de Comique contestataire, mais aussi de véritable Porte-parole : c’est toujours non seulement en tant que Comique, mais aussi au nom des satiristes et de leur liberté d’expression (jamais en faveur de tel ou tel parti) qu’elle s’exprime désormais. Doit-on alors considérer son discours comme étroitement corporatiste ? Non, si l’on prête attention aux articles qu’elle publie dans la presse pour justifier des sorties peu appréciées et vivement critiquées – la sympathie qu’elle inspirait initialement chez les journalistes de gauche s’est peu à peu muée en méfiance voire en hostilité devant la virulence croissante de ses interventions –, des textes où elle s’affirme Débatteuse hors pair, et où l’on entendrait presque des accents ranciériens, quand elle déclare en substance que la politique est en démocratie l’affaire de n’importe qui, donc aussi des Comiques. En multipliant ainsi les registres, soit le sketch (son instrument de travail), l’argumentation polémique, et la dénonciation publique, Guzzanti donne ampleur et consistance à son personnage et à sa parole, par un jeu de déplacements qui la rend autonome d’un contexte censément naturel (la salle de spectacle), et ouvre, non sans brutalité, de nouvelles lignes de conflit dans l’opinion.

  • 1 La traduction littérale importe ici, car bien plus que l’allégation en elle-même, c’est la formulat (...)

2Citons l’exemple le plus éclatant : le 8 juillet 2008, lors d’une manifestation organisée par la revue de centre-gauche Micromega contre les « lois scélérates » de l’actuel gouvernement, Sabina Guzzanti, après s’en être prise au Pape en termes fort crus, accuse Mara Carfagna, ex-cover girl et jeune Ministre à « l’Égalité des Chances » (Pari opportunità, qui recouvre principalement l’aire d’un « Ministère des droits de la femme »), d’avoir obtenu un tel poste en remerciement pour avoir « sucé le petit oiseau1 » de l’actuel Président du Conseil, lequel aurait du coup en la nommant gravement offensé la Constitution et les citoyens, les attributions du Ministère aggravant le scandale. Les protestations seront innombrables, en premier lieu chez les participants à la manifestation (Nanni Moretti, par exemple), et au sommet du Parti Démocrate, hétéroclite parti de Centre gauche stigmatisé par la Comique : « la Guzzanti » ferait le jeu de l’ennemi en s’abaissant au même niveau, celui de l’insulte, en faisant usage de la même et indigne vulgarité, et de toute façon ce n’est qu’une Comique qui se mêle de ce qui ne la regarde pas. On a déjà esquissé les convaincantes réponses apportées par l’intéressée aux Éditorialistes, plaidant encore et toujours pour la liberté de ton et d’expression, et la compétence politique de tout un chacun en démocratie. Relevons aussi qu’en se focalisant sur la « vulgarité » et « l’inconvenance » des « insultes » proférées par la Guzzanti, ses détracteurs (de gauche) négligent deux éléments essentiels : d’une part le raisonnement même, car raisonnement il y a, touchant, plus que la ministre elle-même, le Président du Conseil et son traitement que l’on dirait alors « cavalier » des institutions ; d’autre part la question de la véracité des affirmations, peut-être plus importante que celle de leur bienséance (certaines écoutes téléphoniques les accréditeraient, dit Guzzanti ; l’affaire est du reste devant les tribunaux). Outrances calculées, art de se mettre en scène, énergie dénonciatrice et enfin usage du documentaire comme arme : on comprend comment Sabina Guzzanti s’est taillée une réputation de Michael Moore italienne.

3Mieux encore, à considérer ses aptitudes (à donner une portée collective à sa parole, à multiplier les lieux et les modes d’intervention, enfin à mettre en scène politiquement le scandale), on aurait envie de la désigner comme une « intellectuelle » : non pour l’enfermer dans une catégorie désuète, mais à l’inverse pour revivifier cette dernière par une identification polémique, rendue telle par la menace d’un triple discrédit pesant à la fois sur le statut de Guzzanti (« qu’elle reste où elle est, qu’elle se contente de nous faire rire »), sur la nature de ses interventions (« les insultes, ce n’est pas de la politique »), voire sur son sexe (il arrive que ses adversaires la qualifient de « soubrette », terme consacré pour désigner les jeunes femmes peu vêtues agrémentant la plupart des émissions télévisées).

4Nuançons pourtant ce portrait fort élogieux de Sabina Guzzanti : on est moins convaincu par le prolongement de son activité en tant que Blogueuse, qui ne la distingue pas réellement du tout-venant en la matière. Surtout elle met en évidence certaines limites – qui sont aussi celles de Moore au demeurant – celles qu’implique la logique du One Woman Show (à ne pas confondre avec la facile et pauvre accusation de « narcissisme »), qui finit toujours par enrayer celle de l’action collective : ainsi Guzzanti risque-t-elle de tomber dans les traditionnels excès de la Porte-parole qui ne fait plus entendre que la sienne. Consciente de la situation, et soucieuse d’y remédier, elle donne une dimension collective au blog : « quand je rencontre le public, j’entends souvent dire : “tu es notre voix, tu parles pour nous tous qui n’avons pas la parole”, etc. mais nous avons tous la parole : qu’arriverait-il si chacun, de là où il se trouve, appelait tout simplement un chat un chat2 ? ». Ainsi lance-t-elle sa campagne d’« outing civils », s’engageant à diffuser toutes les vidéos qui lui parviennent et démasquent les mensonges dominants (complaisamment diffusés par des médias aux ordres). Il s’agit surtout de retrouver « le sens de la participation et de la communauté » dans un pays qui s’est « ensauvagé », et de faire connaître « les petits et grands gestes de courage3. » Si l’initiative est sympathique, elle ne résout pas le problème de la personnalisation : Sabina Guzzanti conserve un rôle prévalent sinon d’organisatrice du mouvement, ou du moins de « conseillère en contestation », soit quasiment d’Experte, là encore en contradiction avec les prémisses de son action. Par ailleurs, pour surmonter les travers du Porte-parole, elle sera tombée dans ceux du Témoin, dont elle idéalise, avec une certaine ingénuité, vertus et pouvoirs (on se souviendra d’ailleurs qu’un Maurice Dantec, politiquement aux antipodes de Guzzanti, avait naguère appelé les visiteurs de son site au même effort de vidéo-témoignage. L’analogie est notable, qui prouve, chez les plus dissemblables, l’utopie de la vérité nue, révélée dans l’image qu’enregistre le témoin).

5Ingénue aussi, dans le même mouvement, la foi en la « démocratie directe » permise par le web et les blogs, mais plus que chez la pugnace Sabina Guzzanti, c’est chez le singulier Beppe Grillo qu’on mettra le mieux en lumière cette dimension.

Haut de page

Notes

1 La traduction littérale importe ici, car bien plus que l’allégation en elle-même, c’est la formulation et sa vulgarité provocatrice qui soulevèrent un tollé.

2 http://www.sabinaguzzanti.it/2008/08/page/7/(consulté le 14/02/09).

3 http://www.sabinaguzzanti.it/2008/08/page/3/(consulté le 14/02/09).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Pasquier, « Sabina Guzzanti, ou La Scandaleuse opiniâtre », Labyrinthe, 32 | 2009, 89-92.

Référence électronique

Renaud Pasquier, « Sabina Guzzanti, ou La Scandaleuse opiniâtre », Labyrinthe [En ligne], 32 | 2009 (1), mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/3998 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.3998

Haut de page

Auteur

Renaud Pasquier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page