Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Voici qui méritait bien un numéro un peu spécial : Labyrinthe fête ses dix ans d’existence. L’occasion de se pencher sur ce qui est devenu, au fil du temps, notre plus évident dénominateur commun : une certaine expérience des revues. Contrairement à nos habitudes, ce dossier collectif a donc été entièrement écrit par les membres du comité de rédaction de Labyrinthe. Il consiste en un unique grand texte, les « auteurs » étant simplement désignés par leurs initiales (l’ours permettra aux curieux d’élucider leur identité). Certes, le risque du nombrilisme – que notre goût pour la réflexivité a toujours accepté d’affronter – était plus grand que jamais avec le choix d’un tel sujet. Il ne s’agissait pourtant pas de rendre compte de nos seuls débats internes, et encore moins d’une vision unifiée.

2Le texte polyphonique auquel nous sommes parvenus fait en effet entendre des positions qui dissonent, parfois fortement : d’abord embryonnaire, il s’est épaissi à mesure que chacun de nous, tour à tour, lisait, écrivait, répondait, renchérissait. Mais il doit aussi beaucoup aux voix multiples qui se sont fait entendre lors du séminaire public que nous avons organisé en 2006 et 2007 : « L’indiscipline passée en revues ». Les communications d’Avril Dunoyer, Héloïse Hermant, François Lecointe, ainsi qu’une table ronde avec Emmanuel Burdeau (pour les Cahiers du cinéma), Françoise Balibar (pour Critique)et Martin Rueff (pour Po&sie) ont ainsi grandement enrichi les discussions que nous menons depuis la création de Labyrinthe. Que les participants et le public de ce séminaire en soient ici chaleureusement remerciés.

3Pourquoi des revues ? Où vont-elles ? Quels peuvent-être leurs modes d’emploi – leurs maux d’emploi ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les revues ne pouvait pas prétendre se trouver résumé là, en une série d’articles sagement composés. Ce dossier se présente ainsi à la manière d’un cadavre exquis délibérément fragmentaire et disparate. S’en dégagent un travail de définition – mais d’une définition peu normative : « Ce que (ne) doit (pas) être une revue » – et surtout la volonté, au gré des thèmes qui se sont imposés dans la réflexion, de porter l’accent sur les principales facettes de l’activité consistant à écrire et à publier une revue : les questions soulevées par la temporalité, le travail collectif, le rapport à la « spécialité » et à la « vulgarisation », ou encore l’éventuel assoupissement d’une revue qui, lorsqu’elle atteint un rythme de croisière tranquille, peut s’avérer délétère.

4La réflexivité, toujours elle, est également au menu du grand entretien qui accompagne ce numéro. Loïc Wacquant, autrefois proche de Pierre Bourdieu et désormais professeur à l’Université de Berkeley, en Californie, y présente sa propre trajectoire professionnelle et intellectuelle : un parcours à cheval sur deux continents, plusieurs disciplines (ethnographie et sociologie, notamment) et formes d’écriture, qui fait écho à de nombreuses questions déjà soulevées dans le Labyrinthe de ces dix dernières années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Labyrinthe [En ligne], 31 | 2008 (3), mis en ligne le 23 février 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/3933

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page