Navigation – Plan du site
Dossier : La biopolitique (d')après Michel Foucault

Présentation

p. 11-12

Il y a un an paraissaient les cours donnés par Michel Foucault (1926-1984) au Collège de France en 1978 et 1979. Pendant les neuf mois suivants, une dizaine de personnes venues de différentes disciplines se sont réunies, ont discuté et échangé des textes en vue de ce dossier. De l’histoire de la pensée économique à celle du droit, de la philologie à la sociologie de la santé, de la philosophie à l’histoire des concepts et de l’histoire de la biologie à la théorie politique, nous avons voulu soumettre Sécurité, territoire, population et Naissance de la biopolitique à un croisement de regards. Une double question nous a servi de guide : en quoi ces cours restent-ils actuels ? en quoi nous poussent-ils, aujourd’hui encore, à penser ? Chemin faisant, nous avons examiné ensemble des livres d’autres auteurs comme Giorgio Agamben, Roberto Esposito, Michael Hardt et Antonio Negri, qui ont donné aux mots biopolitique et biopouvoir la destinée féconde qu’on leur reconnaît.

À un certain stade de notre travail nous avons ressenti le besoin de discuter de nos pistes avec d’autres personnes qui s’intéressent également à ces cours, comme aux problèmes qu’ils suscitent. Nous avons ainsi organisé le 10 juin 2005, en collaboration avec le Centre parisien d’études critiques, une journée d’études à laquelle, outre les auteurs de ce dossier, ont pris part notamment les philosophes Étienne Balibar, Catherine Colliot-Thélène, Yves Duroux, Bruno Karsenti et Hélène L’Heuillet, le philosophe et psychanalyste Bertrand Ogilvie, le théoricien de la littérature Olivier Penot-Lacassagne, le théoricien de l’art et philosophe John Rajchman, ainsi que le politologue et sociologue Yves Sintomer. On retrouvera dans les textes qui suivent les traces du débat mené avec eux. Leurs contributions ont été décisives pour notre travail et nous leur en sommes extrêmement reconnaissants.

Vingt et un ans après sa mort, la voix de Foucault garde une fraîcheur intacte. Les articles réunis ici ont été rédigés par des personnes qui, étant donné leur âge, n’ont pas pu suivre ces cours. Pour eux, cette voix reste celle de l’un des penseurs les plus fulgurants du xxe siècle : l’écouter aujourd’hui en en lisant les transcriptions est un plaisir autant qu’un défi. Le temps qui passe est celui d’une distance qui se creuse par rapport à la réalité qui entourait les paroles de Foucault et les oreilles qui l’écoutaient. Toutefois, ce temps est aussi celui d’une intelligence nouvelle qui ne peut naître que d’une attention au passé et aux chemins qu’il nous ouvre, des chemins qu’il nous faut certes explorer, mais dont nous nous éloignons irrémédiablement déjà. Vingt et un ans après la mort de Foucault, après l’euphorie de la commémoration et de la louange, il doit être possible, à nouveau, d’écouter et de penser. C’est à cet engagement que nous nous sommes tenus.


*
* *

Les textes qui suivent prêtent une attention spéciale à deux cours de Foucault, parus au début du mois d’octobre 2004 :

  • Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, édité sous la direction de François Ewald et Alessandro Fontana par Michel Senellart, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes études », 2004, XI-435 p.

  • Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, édité sous la direction de François Ewald et Alessandro Fontana par Michel Senellart, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes études », 2004, XI-355 p.

Pour se référer à eux, on utilisera respectivement les abréviations STP et NB.

D’autres ouvrages de Foucault ont été abrégés comme suit :

  •  SP – Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ;

  •  VS – La volonté de savoir, tome I de l’Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, 1976 ;

  • DE – Dits et Écrits, tomes I à IV, Paris, Gallimard, 1994.