Navigation – Plan du site

Les fils d’Ariane

éditorial
p. 7-8

Texte intégral

Dans le noir nous verrons clair mes frères
Dans le labyrinthe nous trouverons la voie droite
Henri Michaux, « Contre », La nuit remue.

1Tout étudiant cherche son fil d’Ariane. Déroutante, cloisonnée, captivante : l’Université est son labyrinthe. Au travers de couloirs et de salles trop semblables, jalonnées de connaissances et de méthodes, chacun s’efforce de faire de son trajet un parcours. Au doute qui habite naturellement le chercheur, le labyrinthe universitaire ajoute l’expérience de la dispersion et de l’isolement. à l’issue d’une longue traversée naissent des travaux qui, une fois soutenus, s’empilent dans l’oubli des bibliothèques. Les énergies s’épuisent devant la multiplicité des chemins et la restriction des horizons. étrange édifice : mille carrefours, autant d’impasses.

2Les Cahiers d’études pluridisciplinaires1 sont nés du constat de ce paradoxe et de l’ambition de substituer à l’errance solitaire les joies d’une déambulation collective. Chaque trimestre, nous illustrerons le dynamisme et le foisonnement de la recherche étudiante contemporaine. Dans un même numéro s’enchaînent huit à dix articles de jeunes chercheurs, dans des disciplines que les habitudes acquises ne prédisposent pas à rapprocher. L’architecture côtoie l’histoire, l’histoire de l’art la géopolitique ; le cinéma et la poésie se succèdent. à cette pluridisciplinarité s’ajoute la variété des formes et des énonciations : comptes rendus de mémoires de maîtrise et de DEA, de thèses et de communications, traductions inédites, synthèses de colloques ou d’ouvrages récents, et aussi certaines contributions d’auteurs extérieurs au monde de l’université.

3Il ne s’agit pas d’abattre les cloisons entre les disciplines, car chacune n’existe que par sa spécificité ; mais plutôt de creuser des brèches, de multiplier les ouvertures, de faciliter les échanges entre des savoirs et des méthodes qui trop souvent s’ignorent. Pour autant, la pluridisciplinarité a ses limites. à vouloir rapprocher à tout prix des disciplines trop éloignées, on s’expose au risque de l’imposture. De plus, chaque article doit intéresser le spécialiste comme le néophyte. C’est pourquoi notre champ d’investigation n’excèdera que rarement le domaine des sciences humaines, des arts et des lettres.

4Loin d’être imposé, le sens doit rester objet de conquête. Notre revue n’est donc pas thématique. Cette démarche artificielle sacrifie bien souvent la rigueur scientifique au profit d’une cohérence de façade. C’est hors de cette contrainte formelle que nous élaborerons notre actualité de la recherche : libre au lecteur d’édifier des passerelles, d’assembler son puzzle, d’inventer sa promenade au gré des chemins proposés.

5échange entre les disciplines, côtoiements inattendus, mais aussi dialogue entre les âges, les origines et les horizons. Les étudiants étrangers figureront en bonne place dans nos sommaires, parce que leurs points de vue diffèrent souvent des conceptions hexagonales : l’article de Kristina Schulz, par son approche originale propre aux préoccupations de l’école de Bielefeld, perturbe les habitudes historiques française. C’est en partie pour cette raison que Roger Chartier a accepté de compléter et d’élargir la contribution de notre camarade allemande. Dans le même souci de mettre en perspective les différents stades de la recherche, Francis Ramirez a bien voulu prolonger la réflexion de Cyril Neyrat. Solliciter, dans ce numéro et dans les suivants, l’avis d’universitaires accomplis ne relève en rien du désir de cautionner ou de justifier le travail des apprentis-chercheurs ; c’est s’inscrire dans le droit fil de notre projet de décloisonnement. Nous proposerons aussi, chaque trimestre, un entretien avec une personnalité marquante, tel Felice Fanuele qui nous parle de sa vocation d’« opérateur culturel ».

6Restent à instaurer les conditions de l’échange pluridisciplinaire. C’est avant tout le mode d’élaboration de Labyrinthe qui donne à la revue la cohérence et l’harmonie nécessaires. Si d’éminents spécialistes participent à notre comité de lecture — instance mobile chargée de veiller à la validité scientifique de nos publications —, chaque article est corrigé par un ensemble d’étudiants de spécialités différentes, choisis par le comité de rédaction. Tout en respectant impérieusement le style personnel et l’écriture propre à chaque discipline, ce polissage concerté harmonise le chœur et la voix, crée une couleur, élabore un ton.

Haut de page

Notes

1  « Nom de code » donné au projet initial des fondateurs de Labyrinthe (note du webmestre).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les fils d’Ariane », Labyrinthe, 1 | 1998, 7-8.

Référence électronique

« Les fils d’Ariane », Labyrinthe [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 07 mars 2005, consulté le 24 mai 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/328

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page