Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Les étudiants sont de la revue

raisons politiques

La recherche à Sciences Po
p. 125-127

Image1

En automne 1998, Alexandre, Daniel et Sandrine, doctorants inscrits au programme « Pensée politique » du DEA de l’IEP de Paris, s’attellent, dans le cadre de leurs travaux de recherche, à mettre la pensée politique à l’épreuve du terrain. Leur ambition est de « crever la bulle des concepts et des textes théoriques trop souvent étudiés comme des réalités autarciques ». De ce « manifeste », rédigé de concert (voir page suivante), est née raisons politiques, revue de doctorants et jeunes chercheurs en science politique. Son originalité ? Privilégier le lien entre questionnement rhétorique et investigation empirique. Le concept fait mouche : des professeurs de l’EHESS, Sciences Po Paris et ASSAS n’ont pas hésité à apporter leur contribution sous forme d’articles ou d’entretiens. Et la FNSP (Fédération Nationale des Sciences Politiques) à leur accorder une subvention suffisante pour pourvoir aux frais d’impression. À chaque numéro son thème : « Face à la raison d’État », « Assigner l’identité », et bientôt « Figures de la loi », au programme du numéro 3 de janvier 2000. Articles et entretiens (le prochain avec Olivier Beaud, professeur de droit à Paris II), suivis d’un débat, constituent le « Dossier », dont l’enjeu est de travailler les recherches théoriques par des exemples empiriques. La rubrique « Parcours de recherche » présente un chercheur confirmé à travers un entretien : Jacques Rancière, professeur à Paris VIII, l’économiste et sociologue Albert O. Hirschman, et, pour le numéro 3, L. Boltanski, directeur d’études à l’EHESS, se sont prêtés au jeu. Chaque numéro se clôt sur des « notes de lecture » excédant largement le champ de la science politique et de l’histoire des idées. Une ouverture vers la sociologie, l’anthropologie et l’histoire que les rédacteurs de la revue veulent développer à l’avenir. Mais ce n’est pas tout, souligne Daniel Mouchard : « Publier raisons politiques nous enseigne avant tout les vertus du travail collectif, ce qui est primordial pour un doctorant ! »

Le manifeste de raisons politiques

« Le projet de raisons politiques est né de la volonté de dépasser la frontière entre une vision purement empiriste de la science politique, et une philosophie politique ou une histoire des idées politiques qui n’intègrent que trop rarement la singularité des politiques “en acte” et la contextualité de leur objet. Nous voudrions donc “crever la bulle” des concepts et textes théoriques trop souvent étudiés comme des réalités autarciques, en analysant l’interaction de ces concepts et textes avec la vie politique et ses enjeux immédiats. Cette position s’appuie sur un présupposé qui peut paraître évident, mais dont il faut tirer toutes les conséquences : l’indissociabilité du “théorique” et de l’“empirique”. […] Cette posture de recherche implique un décloisonnement disciplinaire. Si les champs de l’investigation de la sociologie politique et de la théorie politique sont nécessairement complémentaires, il faut aussi intégrer à l’analyse des phénomènes politiques les apports des autres sciences sociales : histoire, anthropologie, psychologie, droit, économie… Ces différents outils disciplinaires peuvent être utilisés aussi bien pour l’analyse des pratiques que pour l’étude des discours théoriques : on peut citer ici la belle formule de Louis Dumont, qui plaide pour une “anthropologie des idées”. Il découle aussi de cette interdisciplinarité qu’il est inutile de vouloir chercher, dans un contexte canonique ou une caractérisation empirique, une définition “stable” et “bouclée” du politique. Le domaine du politique est fluctuant, sa délimitation même est sujette à des controverses et à des luttes : le caractériser a priori de manière restrictive équivaudrait justement à nier cette dimension. Le terme de “pensée politique” que l’on utilise ici doit, dans cette perspective, être compris dans son sens plein : il ne s’identifie pas à l’histoire des idées politiques ou à l’analyse abstraite de débats théoriques. Ce qui implique de ne pas s’intéresser seulement aux discours “stabilisés”, ayant une forte visibilité dans l’espace théorique. Étudier la pensée politique, c’est aussi la concevoir comme un processus de construction permanente et conflictuelle, en interaction avec un contexte spécifique ; c’est voir comment différents acteurs de la vie politique, occupant des positions diverses, pensent, explicitement ou non, les phénomènes politiques ; c’est mettre à jour les logiques et “illogiques” qui travaillent et sont travaillées par le lien politique. […] »

Sommaires

numéro 1, janvier 1999

  • Dossier : Face à la raison d’État

Sandrine Lefranc : « La violence d’État et le pardon politique ».

Romain Bertrand : « La promesse et la menace. Pouvoir pastoral et traditions de dissidence en Indonésie contemporaine ».

Solenn de Royer : « Au nom de quoi ? La question de la torture pendant la guerre d’Algérie ».

Dominique Reynié : « La raison d’État, du point de vue d’une généalogie de la science politique ».

  • Parcours de recherche : Jacques Rancière

Daniel Mouchard : « Politique de Jacques Rancière ».

« La part des sans-part » (entretien avec Jacques Rancière).

  • Notes critiques (ouvrages de M. Waltzer, W. Sofsky, N. Loraux)

numéro 2, juin 1999

  • Dossier : Assigner l’identité

Daniel Sabbagh : « L’Affirmative action et les aléas de la catégorisation raciale aux États-Unis ».

Paul Schor : « Les « immigrés », objets et sujets des statistiques. La négociation des catégories de l’origine dans le recensement américain, 1860-1940 ».
Débat : Jean-Loup Amselle et Ariane Chebel d’Appollonia : « Assignation identitaire et catégories sociales dans le débat français ».

Jay Rowell : « Classes et classements dans les pratiques administratives de la RDA ».

Laurence Louër : « La construction des identités collectives et ses multiples acteurs. Les citoyens arabes d’Israël ».

Vincent Tiberj : « Catégories cognitives et raisonnements politiques ».

  • Parcours de recherche : Albert O. Hirschman

Muriel Rouyer : « Le soupçon politique d’un économiste dans le
siècle. Économie et politique chez Albert O. Hirschman ».

« Un savant aux prises avec ses valeurs » (entretien avec Albert O.
Hirschman).

  • Notes critiques (ouvrages de J. Revel et J.-C. Schmitt, J.-C. Scott, P.A. Rosental)