Navigation – Plan du site
Traduction

Mount Eagle

traduit de l’anglais par Elishéva Marciano
John Montague
p. 99-111

Texte intégral

1Le prix Nobel de littérature a, en 1995, récompensé un poète irlandais, Seamus Heaney, faisant entendre hors de son île les voix de l’Irlande.

2Seamus Heaney fait partie de cette génération de poètes contemporains qui, dans la continuité de la Renaissance littéraire irlandaise du XIXe siècle, font vivre la mythologie celte, l’histoire, les conflits, les paysages et les habitants de cette île divisée.

3Ces poètes ont pour nom John Hewitt, Michael Longley, Derek Mahon et John Montague.

4John Montague est né à Brooklyn en 1929, de parents irlandais ayant choisi l’exil pour raisons politiques, mais il est élevé en Irlande dès l’âge de quatre ans. Il vit actuellement à Cork. Marié deux fois à des Françaises, il connaît parfaitement notre pays et notre langue mais, curieusement, très peu de ses œuvres ont été traduites en français.

5Les poèmes cités dans ce numéro de Labyrinthe sont extraits d’un recueil relativement récent, Mount Eagle, publié en Irlande en 1988. Ils font partie d’un ensemble de poèmes qui portent tous l’empreinte de l’Irlande mais qui, parce qu’ils sont écrits en anglais et non en gaélique, appartiennent à ce que l’on appelle la littérature anglo-irlandaise et non à la littérature irlandaise.

6En effet, bien qu’après la fondation de la république (1948) les poètes irlandais soient devenus, en grande majorité, bilingues, ils choisissent, pour la plupart, d’écrire en anglais, pressentant que le gaélique n’avait pas de véritable avenir et que seul l’anglais leur permettrait d’atteindre et d’influencer un vaste public. Il faut en effet reconnaître que, malgré les efforts du gouvernement pour généraliser l’apprentissage du gaélique à l’école, la république d’Irlande reste une nation de langue anglaise et seulement 2,5 % de la population utilise le gaélique, principalement dans les comtés du Donegal et du Kerry, cette partie de l’île que l’on nomme Gaeltacht.

7Certains poètes écrivent néanmoins en gaélique, comme Nuala Ni Dhomhnaill, dont les œuvres ont été traduites en anglais, par, entre autres, John Montague, ainsi que l’on peut le constater dans « La poupée cassée ».

8De toutes les façons, remarque John Montague dans The Figure in the Cave, un essai (non traduit) sur sa vie et son œuvre, « qu’ils utilisent le gaélique ou l’anglais, tous les poètes irlandais partagent la même tradition. » Cette tradition plonge ses racines dans la mythologie celte, dans la littérature du temps des bardes, dans l’histoire ancienne et contemporaine et ses douleurs ; comme dans la terre d’Irlande, tantôt sauvage (Luggala), tantôt paysanne (Le Chant du foyer) ; également dans une langue gaélique qui resurgit ici et là, dans certains mots, comme dans le poème « Tête blonde ». Autant d’éléments qui contribuent à marquer Mount Eagle du sceau de l’ « irishness ».

9Mais, si la dimension référentielle de Mount Eagle est essentielle, elle ne doit pas réduire les poèmes à leur thématique et occulter leur essence qui est, non ce qu’ils veulent dire, mais comment ils le disent. Ce qui frappe dans ces poèmes, c’est leur qualité picturale, en particulier lorsque le poète décrit physiquement une femme. « Ton visage enfoui sous tes longs cheveux » (« Matines »), « ta/chevelure éblouissante, ton corps opulent », « tes formes généreuses, pluie/d’or au clair de lune » (« Moisson ») ont un puissant pouvoir de suggestion. La chevelure et le corps semblent être les éléments féminins qui attirent le plus le poète. Le corps de la femme est dépeint dans sa plénitude, comme dans les tableaux de Rubens. Dans « Parc aux cerfs », qui décrit une jeune courtisane, la présence féminine est particulièrement charnelle, presque « palpable », avec un chapelet d’adjectifs : palpables, charnus, effronté, camus, dodues, parfumées, roux, rosée, qui évoquent une sensualité évidente et font appel à tous nos sens.

10Pour définir le talent de Montague dans Mount Eagle, il faudrait aussi parler de son art de la métaphore, qui éclate dans Ballade pour Berryman, où le mot « heady », que j’ai traduit par « grisant(s) » veut dire « qui monte à la tête », « enivrant ». Il rappelle les fameuses « cuites » de Montague et de Berryman et l’image qu’il contient est développée dans la deuxième strophe avec le mot « grogs » et la métaphore de la décantation et de la fermentation de l’alcool pour décrire la longue élaboration des Dream Songs.

11Les poèmes de Mount Eagle sont denses et riches, significatifs de l’art d’un poète qui se définit lui-même comme « le chaînon manquant de la poésie de l’Ulster car il n’y a pas eu de poète issu de l’Ulster catholique depuis les poètes gaéliques du VIIIe siècle. »

Hearth Song
for Seamus Heaney

121
The Nialls’cottage had one :
it lived under a large flagstone,
loving the warmth of the kitchen.

13Chill or silent, for whole days,
it would, all of a sudden, start
its constant, compelling praise.
And all of us, dreaming or chatting
over the fire, would go quiet,
harkening to that insistent creak,

14Accustoming ourselves all over again
to that old, but always strange sound,
coming at us from under the ground,

15Rising from beneath our feet,
welling up out of the earth,
a solitary, compulsive song

16Composed for no one, a tune
dreamt up under a flat stone,
earth’s fragile, atonal rhythm.

172
And did I once glimpse one ?
I call up that empty farmhouse,
its blind, ghostly audience

18And a boy’s bare legs dangling
down from a stool, as he peers
through a crack in the flagstones

19And here it strikes up again,
that minute, manic cellist,
scraping the shape of itself,

20its shining, blue-black back
and pulsing, tendril limbs
throbbing and trembling in darkness

21a hearth song of happiness.

22Le Chant du Foyer
pour Seamus Heaney

231
La chaumière des Niall en avait un :
il vivait sous une grosse dalle
aimant la tiédeur de la cuisine.

24Des jours entiers, glacial, il se taisait,
pour entonner brusquement
son incessant, irrésistible chant de gloire.
Et nous, qui rêvions ou causions
au coin du feu, nous faisions silence,
prêtant l’oreille à ce crissement insistant,

25Nous réhabituant comme pour un commencement
à ce bruit connu mais toujours surprenant,
qui sortait du sol pour nous parvenir,

26S’élevait de sous nos pieds,
jaillissait de la terre,
chant solitaire et machinal,

27Air sans destinataire,
conçu sous une pierre plate,
rythme venu de la terre, fragile, atonal.

282
En ai-je jamais entrevu ?
Je revois cette ferme nue, peuplée
de fantômes comme dans un brouillard

29Et un petit garçon juché sur un tabouret,
qui scrute une fente dans la pierre
tout en balançant ses jambes nues

30Et voici qu’aussitôt, violoncelliste cyclothymique
il entonne à nouveau sa mélodie,
frottant ses élytres fantomatiques,

31Son dos brillant, d’un noir bleuté
et ses membres repliés, palpitants,
vibrant et tremblant dans les ténèbres

32chant d’allégresse du foyer.

Deer Park

Parc aux Cerfs

A flourish of silver

Une fanfare d’argent

trumpets as the royal

éclate tandis qu’on prépare

favourite is prepared

la favorite du roi

for the swansdown bed.

pour la couche en duvet d’oie

Fingers and toes

Doigts et orteils

palpable, succulent

palpables, charnus

as those pert curves

comme cette bouche au contour

of mouth, snub nose.

effronté, ce nez camus.

The string of pearls

Les perles sur plusieurs rangs

on her stomach folds

s’enroulent autour de son buste

luminously pendent

suspendues dans la lumière

like rare raindrops

comme de précieuses gouttes de pluie

While a pair of pure-

Tandis que deux chiens

bred hunting hounds

de chasse pure race

snuffle her plump

reniflent ses mains

and perfumed hands.

dodues et parfumées.

A candid light streams

Une lumineuse innocence jaillit

from such guileless,

de cette nudité potelée

dimpled nakedness, such

si candide, de cette

cherubic openness !

limpidité si angélique !

And the fillet of

Et la résille d’or

gold she bears so

qu’elle porte d’un air

demurely in honour

si modeste en l’honneur

of her sovereign master,

de son seigneur et maître,

Upon her piled strands

Sur les mèches luxuriantes

of auburn Irish hair,

de ses cheveux roux d’Irlandaise,

looped to reveal her

est nouée de façon à découvrir son

golden neck collar.

tour de cou en or.

A kings’s treasure

Trésor de roi

of roseate flesh

à chair rosée

caught on canvas

saisi sur toile

for a king’s pleasure

pour le plaisir d’un roi

With a full quiver

Avec un plein carquois

of arrows, a dangling

de flèches et, pendant,

brace of pheasant

un couple de faisans,

all stamped : royal property.

tous estampés : propriété du roi

Matins

33That final bright morning you climb
The stairs to my balcony bed,
Unasked ; unashamed : naked.
Barely a please was said
But in the widening light
Our bodies linked, blazed,
Our spirits melded. The dawn
Of a capital city swarmed
Beneath us, but we were absorbed,
Your long hair tenting your head,
Your body taut as a divining rod.
There is in such exchanges a harvest,
A source or wellspring of sweetness,
Grace beyond sense, body’s intelligence.

34Matines

35En ce matin clair et décisif tu grimpes
Les marches menant à mon lit balcon,
sans invitation ; sans honte : nue
Avec tout juste un je t’en prie
mais dans la lumière grandissante
Nos corps s’unirent, s’embrasèrent,
Nos esprits se fondirent. L’aube
D’une capitale fourmillait
Au-dessous de nous, mais nous étions absorbés,
Ton visage enfoui sous tes longs cheveux,
Ton corps tendu comme une baguette de sourcier.
Il y a dans de tels échanges une moisson,
Un jaillissement de douceur,
Grâce au-delà du sens, intelligence du corps.

Harvest

36That first wild summer
we watched each other,
my graying hair and
wary eyes slowly drawn
to be warmed by your
flaring hair, abundant body.

37No ice princess, you call
me down from my high tower –
on our first night together
I awoke, to watch over
your rich shape, a shower
of gold in the moonlight.

38And an old fable stirred :
a stag rising from a wet brake,
– Danae deluged by Zeus ?
Rather, youth’s promise fulfilled,
homely as a harvest field
from my Tyrone childhood

39Where I hoist warm sheaves
to tent them into golden stooks,
each detail, as I wade
through the moonlit stubble,
crayon bright, as in
a child’s colouring-book.

40Moisson

41En ce premier été torride
nous nous observâmes,
mes cheveux grisonnants et
mes yeux prudents lentement attirés
pour être embrasés par ta
chevelure éblouissante, ton corps opulent.

42Princesse non point de glace, tes appels
me font descendre du haut de ma tour –
lors de notre première nuit ensemble
je m’éveillai, pour contempler
tes formes généreuses, pluie
d’or au clair de lune.

43Et un vieux mythe me revint :
un taureau qui surgit d’un hallier humide,
– Danae inondée par Zeus?
Plutôt, la promesse qu’annonçait l’âge tendre,
simple comme un champ moissonné
dans le Tyrone de mon enfance

44Où je hisse des gerbes tièdes
pour les assembler en moyettes dorées,
chaque détail, tandis que j’avance
parmi le chaume sous la lune,
d’un éclat de sanguine, comme dans
l’album de coloriage d’un enfant.

Nest

45When all the birds
in the nest are there, is that the start
of a new despair ?

46Nid

47Quand tous les oiseaux
dans le nid sont blottis, est-ce le départ
d’un nouveau désespoir ?

The Broken Doll

48O little broken doll, dropped in the well,
thrown aside by a child, scampering downhill
to hide under the skirts of his mother !
In twilight’s quiet he took sudden fright
as toadstool caps snatched at his tongue,
foxgloves crooked their fingers at him
and from the oak, he heard the owl’s low call.
His little heart almost stopped when a weasel
went by, a fat young rabbit in its jaws,
loose guts spilling over the grass while
a bat wing flicked across the evening sky.

49He rushed away so noisily and ever since
you are a lasting witness to the fairy arrow
that stabbet his ear ; stuck in the mud
your plastic eyes squinny open from morning
to night : you see the vixen and her brood
stealing up to lap the ferny swamphole
near their den, the badger loping to wash
his paws, snuff water with his snout. On
Pattern days people parade seven clockwise
rounds ; at every turn, throwing in a stone.

50Those small stones rain down on you.
The nuts from the hazel tree that grows
to the right of the well also drop down :
you will grow wiser than any blessed trout
in this ooze ! The redbreasted robin
of the Sullivans will come to transform
the surface to honey with her quick tail,
churn the depths to blood, but you don’t move.
Bemired, your neck strangled with lobelias,
I see your pallor staring starkly back at me
from every swimming hole, from every pool, Ophelia.

After the Irish of Nuala Ni Dhomhnaill

51La poupée cassée

52Ô petite poupée cassée, délaissée par un enfant
qui dévale la colline pour se cacher sous les jupes
de sa mère après t’avoir jetée dans le puits !
Dans le silence crépusculaire il avait soudain pris peur :
les chapeaux des champignons vénéneux lui sautaient au visage,
les digitales le menaçaient de leurs doigts crochus
et du haut de son chêne, le hibou hululait.
Son petit cœur s’était presque arrêté au passage
d’une fouine, un lapereau bien gras entre les dents,
éventré, perdant ses tripes sur l’herbe tandis que
d’un coup d’aile une chauve-souris fendait le ciel nocturne.

53Il avait fui si bruyamment et depuis
tu es et resteras témoin de la flèche magique
qui perça son oreille ; embourbée, yeux de plastique
à demi ouverts de l’aube à la nuit,
tu vois la renarde et ses petits aller sans bruit
boire à la mare envahie de fougères
près de leur antre, le blaireau bondir pour se laver
les pattes et se désaltérer. Les jours de procession1
on tourne sept fois dans le sens des aiguilles
d’une montre, en jetant un caillou à chaque tour.

54Ces petits cailloux pleuvent sur toi.
Tombent aussi les fruits du noisetier2
qui pousse à la droite du puits :
dans cette boue tu surpasseras en sagesse
la plus avisée des truites ! Le rouge-gorge
des Sullivan viendra et de sa queue agile
il changera la surface en miel,
les profondeurs en sang, mais tu restes immobile.
La vase te recouvre, les lobélies enserrent ton cou,
chaque étang, chaque mare me renvoie
ton regard délavé qui me fixe, Ophélie.

D’après le poème en irlandais de Nuala Ni Dhomhnaill3

Luggala
for Garech Browne

55I
Again and again in dream, I return to that shore. There is a wind rising, a gull is trying to skim over the pines, and the waves whisper and strike along the bright sickle of the little strand. Shoving through reeds and rushes, leaping over a bogbrown stream, I approach the temple by the water’s edge, death’s shrine, cornerstone of your sadness. I stand inside, by one of the pillars of the mausoleum, and watch the water in the stone basin. As the wind ruffles cease, a calm surface appears, like a mirror or crystal. And into it your face rises, sad beyond speech, sad with an acceptance of blind, implacable process. For by this gray temple are three tombs, a baby brother, a half-sister and a grown brother, killed at twenty-one. Their monuments of Wicklow granite are as natural here as the scattered rocks, but there is no promise of resurrection, only the ultimate silence of the place, the shale littered face of the scree, the dark, dark waters of the glacial lake.

56II
The road leading from the white wedding cake of the hunting lodge is lined with late blooming daffodils. As you leave, it fades back into its mountain setting, a folly nestling under boulder-strewn granite cliffs, with a stream rushing down by its side. Under the trunk of each tree, flowers shelter, and there is a path leading down to the lake. You push open a wooden gate and a herd of deer starts away, ears pricked, eyes alert, nimble-legged. Then they halt at a distance, tensely shy, but curious. The path twists and turns, following bends of the bogbrown stream. In the wooden hollow of the boathouse you pull and tug ropes until the boat descends with a splash into dark, lapping waters. Oar blades rise and fall and soon you are at the heart of the lake with the hills forming a circle, you the centre.

57III
But you ar not alone : a noise disturbs you, rhytmic as the beat of oars. A mother swan is teaching her young to fly : round and round in that protecting silence they turn, necks timidly outstretched, wings slowly beating. Now and again one falls, breaking its reflection in the lake, then struggling upwards to join its fellows. And then you realise there is another, still greater presence. Motionless and gray, the huge cliff hangs upsidedown in the mirror of the lake ; water, mountain and forest held in lasting embrace.

58Luggala
pour Garech Browne

59I
Maintes fois en rêve, je retourne vers ce rivage. Il y a un vent qui se lève, une mouette s’essaie à raser la cime des pins, et les vagues murmurent et frappent la faucille claire de l’étroite berge. Me frayant un chemin à travers roseaux et joncs, sautant un ruisseau tourbeux, j’at-teins le temple au bord de l’eau, sanctuaire de la mort, pierre angulaire de ta tristesse. J’entre à l’intérieur et je reste debout, près d’un des piliers du mausolée, à regarder l’eau dans le bassin de pierre. Comme le vent s’apaise, une surface calme apparaît, comme un miroir ou du cristal. Et dans ce miroir ton visage se dessine, triste au-delà des mots, triste avec l’acceptation d’un processus aveugle, implacable. Car près de ce morne temple sont trois tombes, celles d’un frère tout bébé, d’une demi-sœur, et d’un grand frère tué à vingt-et-un ans. Leurs monuments de granit du Wicklow sont aussi naturels ici que les rochers éparpillés, mais il n’existe pas de promesse de résurrection, seulement l’ultime silence du lieu, la surface de l’éboulis couverte de schiste, les eaux sombres, sombres du lac glaciaire.

60II
La route qui part du pavillon de chasse en forme de pièce montée est bordée de jonquilles à la floraison tardive. À mesure que tu t’éloignes, il s’efface pour retourner dans son cadre de montagnes, folie nichée sous des falaises de granit jonchées de grosses pierres, avec un ruisseau dévalant à ses côtés. Sous le tronc de chaque arbre, s’abritent des fleurs, et il y a un sentier qui mène au lac. Tu pousses une barrière de bois, et un troupeau de biches s’enfuit, oreilles dressées, yeux vifs, pattes agiles. Puis elles s’arrêtent en se tenant à distance, craintives, mais curieuses. Le sentier zigzague, suivant les coudes du ruisseau bourbeux. Dans le creux boisé de l’abri à bateaux tu tires sur les cordages jusqu’à ce que le bateau descende avec un plouf dans les eaux noires et clapotantes. Les rames se mettent en mouvement et bientôt tu es au cœur du lac avec les collines formant un cercle dont tu es le centre.

61III
Mais tu n’es pas seul : un bruit te trouble, rythmé comme le battement des rames. Une mère cygne apprend à voler à ses petits : dans ce silence protecteur, ils tournoient, en allongeant timidement le cou et en battant des ailes. Par moments l’un tombe, brisant son reflet dans le lac, alors il lutte de toutes ses forces pour s’élever et rejoindre ses compagnons. C’est alors que tu remarques une autre présence, encore plus grande. Immobile et grise, l’immense falaise est suspendue à l’envers dans le miroir du lac ; eau, montagne et forêt enlacées pour l’éternité.

Haut de page

Annexe

Elishéva MARCIANO est titulaire d’une maîtrise de littérature anglaise dont le mémoire consistait en une traduction, avec introduction et notes, d’un recueil de poésie, Mount Eagle, de John Montague. Après un DESS de traduction littéraire professionnelle, elle est actuellement traductrice et travaille pour l’édition et l’audiovisuel (traduction de documentaires pour la télévision). Elle fait partie du comité de lecture (langue anglaise) de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale. Œuvres traduites : Mount Eagle (poésie) de John Montague, non publié ; Frank et Billy (roman) de Laurie Colwin, aux Éditions Autrement ; Insurrection : l’histoire à bras-le-corps (théâtre) de Robert O’Hara, à paraître aux Éditions Les Solitaires intempestifs. Elle traduit en ce moment un roman anglais contemporain, Splitting, de Fay Weldon à paraître en l’an 2000 aux Éditions Joëlle Losfeld.

Haut de page

Notes

1 Pattern day : en Irlande, jour d’un Saint Patron et les festivités qui le célèbrent.
2 Dans la mythologie celte, les fruits du noisetier donnent la sagesse.
3 Poétesse irlandaise, née dans le Lancashire en 1952, élevée dans le comté de Kerry (dans le Gaeltacht). Vit actuellement à Dublin.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Montague, « Mount Eagle », Labyrinthe, 5 | 2000, 99-111.

Référence électronique

John Montague, « Mount Eagle », Labyrinthe [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 18 février 2005, consulté le 22 juin 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/274 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.274

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page