Navigation – Plan du site
Dossier : Jacques Rancière, l'indiscipliné

Note préliminaire

Renaud Pasquier
p. 11-12

Texte intégral

  • 1 Aux noms des six auteurs, j’ajoute celui de Franck Lemonde, contributeur invisible, mais bien réel.

1Les textes qui suivent émanent d’un travail collectif mené pendant près d’un an. Ce n’est pourtant pas une voix unique qui s’exprime à travers eux, ni un point de vue commun. Mais, quand bien même dûment et individuellement signés1, ils portent la marque de leur multiple origine ; par leurs échos réciproques, ils constituent un ensemble, reflétant les discussions, réflexions, recherches, accords et discords survenus au cours de notre lecture de Jacques Rancière. Partis d’orientations intellectuelles et de champs de recherche différents (histoire, littérature, et philosophie), nous nous sommes retrouvés autour d’ambitions communes, en fait deux en une : travailler ensemble, travailler sur Rancière. Peu de pensées, de fait, offrent meilleure occasion d’un croisement des démarches – ce que l’on appelle d’ordinaire interdisciplinarité. « Travailler ensemble », cela veut dire l’alternance entre discussions et écriture, où les textes se modifient au gré de nos lectures et rencontres. Sans doute le dernier état, que Labyrinthe présente ici, ne l’est-il que par contrainte éditoriale. Il nous a bien fallu nous arrêter en un point, mais aussi trancher dans la matière de nos travaux. Double conséquence de ce protocole expérimental : d’une part, une forme volontairement lacunaire, série de pistes ouvertes plutôt que bilan exhaustif ; d’autre part, une hétérogénéité non moins voulue, puisque vous lirez ici synthèses, interrogations, réactions, mises au point, etc. Nous nous sommes laissés une très large liberté quant à la forme, de l’ensemble, et de chaque texte. Deux principes d’organisation, néanmoins, ont commandé notre écriture. La première règle fut fixée dès l’origine : ce dossier ne devait pas être une « somme » sur l’œuvre de Rancière. Cela nous obligeait à éviter le bilan discipline par discipline (du type « Rancière et… », l’histoire, la littérature, etc.), la succession de comptes rendus, ou encore un découpage chronologique – tous choix qui, entre autres inconvénients, contredisaient les options mêmes de Rancière. La seconde contrainte émergea de nos premiers débats ; notre travail fut orienté selon quatre axes : la lecture (telle qu’il la pense, telle qu’il la pratique), la communauté, l’historicité, et la déconstruction (soit la confrontation avec l’œuvre de Derrida). À la suite de quoi nous nous sommes répartis et regroupés selon l’intérêt trouvé à ces problématiques. Ces étais de la réflexion, biais singulier pour aborder l’œuvre, ne se retrouvent pas forcément tels quels dans la disposition des textes. L’ordre choisi ne représente du reste qu’un parcours possible, en rien prescriptif. Est proposée en annexe une bibliographie non exhaustive (où manquent notamment des références à des publications non francophones), mais assez ample pour constituer un outil de travail efficace. Par commodité, nous utiliserons les abréviations suivantes pour désigner les œuvres de Jacques Rancière, dont les références précises sont indiquées dans cette bibliographie générale :

AB

Aux bords du politique (première version en 1990, deuxième, augmentée en 1998, et rééditée en 2004 : c’est cette dernière que l’on citera dans le dossier).

AH

Arrêt sur histoire

CM

La Chair des mots. Politiques de l’écriture

CV

Courts Voyages au pays du peuple

DI

Le Destin des images

FC

La Fable cinématographique

IE

L’Inconscient esthétique

LA

La Leçon d’Althusser

LC

Lire « Le Capital »

Mall.

Mallarmé, la politique de la sirène

Més.

La Mésentente. Politique et philosophie

MI

Le Maître ignorant. Cinq Leçons sur l’émancipation intellectuelle

PM

La Parole muette. Essais sur les contradictions de la littérature

PP

Le Philosophe et ses pauvres

PS

Le Partage du sensible

NH

Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir

NP

La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier

SP

Les Scènes du peuple

2Pour les références complètes des articles dont Jacques Rancière est l’auteur, voir la bibliographie, p. 103.

Haut de page

Notes

1 Aux noms des six auteurs, j’ajoute celui de Franck Lemonde, contributeur invisible, mais bien réel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Pasquier, « Note préliminaire », Labyrinthe, 17 | 2004, 11-12.

Référence électronique

Renaud Pasquier, « Note préliminaire », Labyrinthe [En ligne], 17 | 2004 (1), mis en ligne le 10 juin 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org/164 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.164

Haut de page

Auteur

Renaud Pasquier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page