Navigation – Plan du site

Depuis quelques années, les termes « biopolitique » et « biopouvoir » reviennent sans cesse dans les écrits de sociologues, juristes, médecins, politologues et philosophes. D’une manière ou d’une autre, ils renvoient à ce que Michel Foucault en a dit dans le chapitre V de La volonté de savoir (1976) : « L’homme, pendant des millénaires, est resté ce qu’il était pour Aristote : un animal vivant et de plus capable d’une existence politique ; l’homme moderne est un animal dans la politique duquel sa vie d’être vivant est en question. » Cette phrase a nourri les débats sur les définitions de la Modernité et son dépassement, les techniques politiques de gouvernement des corps et des populations, les systèmes d’éducation et de protection sociale, et les liens qu’entretiennent le droit et la médecine avec la vie humaine. Or, une partie de ces discussions est devenue incompréhensible si l’on ignore ce que recouvrent le biopouvoir et la biopolitique.

Seulement, qu’entendait Foucault lui-même par ces mots ? On est mieux à même de le savoir après la parution, il y a tout juste un an, de ses deux cours de 1977-1978 et 1978-1979 au Collège de France, intitulés respectivement Sécurité, territoire, population et Naissance de la biopolitique. La revue Labyrinthe leur consacre aujourd’hui un dossier complet.

Dix contributions déchiffrent ces cours, identifient les problèmes théoriques majeurs qu’ils posent, discutent les hypothèses de travail du philosophe et les mettent en rapport avec les débats contemporains. Tout en s’entrecroisant naturellement, puisqu’elles résultent d’une étude menée conjointement par leurs auteurs, elles font émerger trois axes d’analyse.

Le premier, la vie, s’appuie sur les enjeux inhérents au grec bios, à l’origine du mot biopolitique.

Le deuxième, l’histoire, considère le discours de Foucault sous l’angle de l’histoire de la pensée économique, des concepts et du droit, sans jamais perdre de vue les préoccupations et les approches contemporaines.

Le troisième, les libertés, s’inspire de ce que dit Foucault de la liberté et de la résistance, à la fois pour évaluer le projet de Constitution proposé à l’Europe et penser les problèmes soulevés par l’épidémie de sida, à la lisière de la sociologie, de la médecine, du droit et de la morale.

Ensemble, ces dix articles sont autant de pas, franchis par de jeunes auteurs, pour porter un regard neuf sur des notions devenues incontournables.

Ouvrant notre « Actualité de la recherche », l’entretien avec le philosophe Philippe Lacoue-Labarthe, centré sur l’imitation et la tragédie, dessine des pistes qui seront certainement approfondies lors du colloque international que l’Institut finlandais et la Sorbonne s’apprêtent à consacrer à l’auteur (« Déconstruction mimétique », Paris, 27 et 28 janvier 2006).

Enfin, la note de lecture portant sur l’ouvrage d’Ussama Makdisi prolonge directement le dossier « Communauté en pièces : d’Europe, d’Islam et d’ailleurs » publié dans notre numéro précédent ; le compte rendu du tout récent colloque « L’Espace public au Moyen Âge » prépare quant à lui un dossier coordonné par Clément Orillard, à paraître à l’hiver de 2006.